Nos compagnons à quatre pattes font partie intégrante de la famille. Déménager représente un gros stress pour ceux-ci et quelques précautions s’imposent pour qu’ils se sentent rapidement en sécurité dans leur nouvelle demeure. Conseils de Michel Pépin, docteur en médecine vétérinaire.

Publié le 13 juin
Emmanuelle Mozayan-Verschaeve
Emmanuelle Mozayan-Verschaeve Collaboration spéciale

Avant de déménager

Contactez votre vétérinaire afin de vérifier que la couverture vaccinale et la médication contre les parasites de votre animal sont à jour. Vous pouvez d’ailleurs lui faire administrer un traitement antiparasitaire à titre préventif, au cas où il y aurait des indésirables dans votre nouveau logis. En effet, même après un grand ménage, certains subsistent. Demandez également à votre vétérinaire une ordonnance d’avance si votre compagnon est médicamenté régulièrement. Si vous changez de localité, récupérez son dossier médical ou faites-le suivre chez votre nouveau vétérinaire.

Mettre son identification à jour

N’oubliez pas de mettre un collier d’identification avec une nouvelle médaille municipale à votre animal afin de vous conformer aux règlements et de pouvoir le retrouver en cas de fugue. Si l’identification permanente avec une micropuce est déjà installée, vous pourrez en modifier l’adresse dans la base de données de la Société protectrice des animaux (SPA).

Faites-lui une boîte spéciale

Ce n’est pas le temps de faire du tri dans les affaires de Pitou ou Minou ! Elles lui sont familières et vont le rassurer. Préparez-lui une boîte avec ses jouets, ses bols à eau et à nourriture, son bac à litière, son coussin, et faites en sorte que le tout soit facilement accessible pour qu’il ait son coin bien à lui le plus rapidement possible dans le nouveau domicile. Prévoyez de la nourriture et de la litière pour plusieurs jours afin de ne pas courir en acheter en catastrophe.

Un voyage agréable

Si le trajet jusqu’à votre nouvelle résidence est long, vous pouvez donner à votre animal une médication prescrite par votre vétérinaire pour calmer l’anxiété. Le but n’est pas de lui donner un calmant pour qu’il dorme tout le long du trajet et se réveille dans un endroit inconnu, mais juste de le tranquilliser et de limiter le mal des transports.

Votre chat devra voyager dans une cage de transport attachée adéquatement dans le véhicule. C’est important pour sa sécurité et la vôtre afin qu’il ne se promène pas partout dans l’habitacle. Les chiens peuvent également voyager en cage ou être attachés sur un siège arrière à l’aide d’un harnais adapté.

Cependant, si vous pensez que le voyage risque d’être compliqué et le déménagement, chaotique, confiez votre compagnon à des proches ou à une pension un ou deux jours avant la frénésie des derniers préparatifs, puis récupérez-le une fois que vous serez installé.

Ne laissez jamais votre animal seul dans la voiture lorsqu’il fait chaud, car il pourrait rapidement attraper un coup de chaleur.

Un temps d’adaptation

Une fois arrivé, installez votre compagnon dans une petite pièce ou laissez-le dans sa cage le temps de tout rentrer dans la maison. Veillez à ce qu’il ne puisse pas fuguer, ce qui risque d’arriver s’il panique. D’ailleurs, si votre chat est habitué à sortir, il vaudra mieux le garder enfermé plusieurs jours avant de le laisser vagabonder dehors, le temps qu’il prenne ses repères. Les accidents sont fréquents surtout si vous changez d’environnement, notamment en passant de la campagne à la ville. Il pourrait aussi chercher à retourner dans votre ancienne maison.

Généralement, les chiens supportent mieux les déménagements que les chats. Assurez-vous seulement de respecter sa routine, comme ses horaires et ses durées de promenade. Ne manquez pas de présenter votre compagnon à vos voisins afin d’établir d’emblée des liens cordiaux.

Consultez le site de l’Association des médecins vétérinaires du Québec