Le sommeil, c’est sacré. Rien ne vaut une bonne nuit pour démarrer la journée du bon pied, on le sait. Et si, pour y arriver, tout commençait par un bon oreiller, adapté à nos besoins et préférences ? Tour d’horizon en compagnie de spécialistes.

Laila Maalouf
Laila Maalouf La Presse

Odile Mainville ne jure que par son oreiller pour trouver le repos nocturne. Même en voyage, elle en apporte un semblable, mais plus petit, qui ira rejoindre, enroulé, tous ses indispensables dans la valise.

« Quand ils découvrent le confort qu’un oreiller peut apporter, souvent, les gens disent : ‟Je ne veux plus jamais dormir sur un oreiller de mauvaise qualité ou qui n’est pas adapté pour moi. » Et ils reviennent pour en prendre un deuxième pour le chalet », relate la propriétaire de l’entreprise familiale Tout pour le dos, qui a pignon sur rue depuis 28 ans à Montréal.

Le problème, c’est qu’il n’existe pas de formule magique pour savoir quel oreiller nous procurera ce confort tant recherché. Et du choix, il y en a… assez pour être complètement désemparé lorsque vient le moment de se décider.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Des oreillers pour tous les goûts à la boutique Tout pour le dos

« Les compagnies se sont mises à faire toutes sortes de produits avec des matériaux, des tissus différents, des fentes pour faire passer l’air pour que l’oreiller ne soit pas trop chaud… en bambou, avec du gel, infusés avec des fibres végétales pour absorber l’humidité et garder au sec », illustre Odile Mainville. Il y a même des oreillers en écailles de sarrasin, très malléables, mais qui suscitent généralement des réactions opposées — les gens les adorent ou les détestent, selon elle.

Et ce n’est pas parce que vous avez déjà eu une mauvaise expérience avec un oreiller en mousse mémoire qu’ils sont tous pareils, précise-t-elle, puisqu’il en existe de densités, d’épaisseurs et de formes différentes.

  • Un oreiller Orthex à la boutique Tout pour le dos

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Un oreiller Orthex à la boutique Tout pour le dos

  • Un oreiller Technogel à la boutique Tout pour le dos

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Un oreiller Technogel à la boutique Tout pour le dos

  • Un oreiller Avanti à la boutique Tout pour le dos

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Un oreiller Avanti à la boutique Tout pour le dos

1/3
  •  
  •  
  •  

« Combien de fois on va entendre des gens qui vont dire : ‟J’ai acheté six ou sept oreillers dans les trois dernières années qui sont tous dans le garde-robe, j’ai encore mal au cou, je ne dors pas bien » », souligne Éric Duhamel, fondateur d’Orthex, une entreprise québécoise spécialisée dans les oreillers ergonomiques et les coussins posturaux en mousse mémoire depuis 2008.

À son avis, les gens sont beaucoup plus conscientisés aujourd’hui qu’il y a 20 ans, à ses débuts dans l’industrie, et ils commencent même à porter une attention particulière à leur oreiller beaucoup plus tôt qu’auparavant.

Essayer avant d’acheter

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Il faut prendre le temps d’essayer pour choisir le bon oreiller, selon la propriétaire de la boutique Tout pour le dos, Odile Mainville.

Pour choisir un oreiller, il faut prendre son temps, estime Mme Mainville. « C’est vrai que c’est difficile d’acheter un oreiller. Comme pour un matelas. Nous, on va poser beaucoup de questions ; après ça, on vous fait essayer des oreillers. On regarde votre alignement, on vérifie la posture, puis on vous laisse tranquille. Ça vaut vraiment la peine de se déplacer et de prendre au moins 30 minutes, même une heure, de ne pas se presser et, surtout, de ne pas se laisser influencer par son ami qui en a acheté un comme ça », affirme-t-elle.

Le corps est bien fait, donc si vous vous couchez dans un magasin, ça fait cinq minutes et vous vous tournez, vous ne savez pas comment vous placer… Votre corps est en train de vous dire qu’il n’est pas bien. C’est le premier signe d’inconfort.

Odile Mainville, propriétaire de la boutique Tout pour le dos

« Le futur du sommeil passe par la personnalisation », croit de son côté Éric Duhamel. Le fondateur d’Orthex explique qu’il y a trois critères de base pour déterminer quel oreiller serait le meilleur choix pour une personne en particulier — sa position de sommeil, sa morphologie et son poids. Mais il y a également une question de préférence, puisque certains préféreront des modèles plus moelleux, par exemple.

Orthex travaille d’ailleurs en ce moment avec l’École de technologie supérieure (ETS) au développement d’une technologie qui permettra de concevoir des produits innovateurs qui correspondent à la « réalité individuelle » de chacun, qui devraient arriver sur le marché en 2022.

Une saine position de sommeil

  • Sur la photo, un oreiller ergonomique Orthex conçu pour les dormeurs de côté

    PHOTO FOURNIE PAR ORTHEX

    Sur la photo, un oreiller ergonomique Orthex conçu pour les dormeurs de côté

  • Un oreiller placé entre les genoux empêchera la rotation au niveau du bassin lorsqu’on est couché sur le côté, selon le physiothérapeute Pascal Gagnon.

    PHOTO FOURNIE PAR ORTHEX

    Un oreiller placé entre les genoux empêchera la rotation au niveau du bassin lorsqu’on est couché sur le côté, selon le physiothérapeute Pascal Gagnon.

  • Lorsqu’on est couché sur le dos, les genoux peuvent être supportés par un petit oreiller.

    PHOTO FOURNIE PAR ORTHEX

    Lorsqu’on est couché sur le dos, les genoux peuvent être supportés par un petit oreiller.

1/3
  •  
  •  
  •  

On peut malgré tout se fier à certaines règles générales pour adopter une saine position de sommeil. Pascal Gagnon, physiothérapeute chez PhysioExtra et président de la Fédération des cliniques de physiothérapie du Québec, explique que lorsqu’on dort sur le côté, il faut idéalement avoir un oreiller un peu plus épais pour combler la pointe de l’épaule jusqu’à l’oreille et éviter que la tête soit inclinée toute la nuit, ce qui pourrait causer des raideurs dans le cou. Un oreiller entre les genoux empêchera quant à lui la rotation au niveau du bassin, ajoute-t-il.

Si on dort sur le dos, les genoux peuvent être supportés par un petit oreiller, de même qu’au niveau de la tête. Et il faut éviter d’avoir les bras placés au-dessus de la tête, car cela pourrait causer des tendinopathies à la longue, ou encore de dormir sur le ventre, pour préserver la région cervicale.

Le physiothérapeute rappelle toutefois que même avec des produits de la meilleure qualité et une bonne position de sommeil, la sédentarité peut influer sur le confort durant la nuit et être responsable de bien de maux dont on accuse faussement son matelas ou son oreiller.

Bouger, en somme, serait ainsi tout aussi essentiel à une bonne nuit de sommeil.

Consultez le site de Tout pour le dos
Consultez le site d’Orthex