Depuis quelques mois, un raz-de-marée secoue l’industrie de la rénovation et de la construction. Ceux qui se sont lancés dans des travaux ou ont acheté des électroménagers l’ont constaté : ils ont été confrontés à des délais plus longs que d’habitude.

Danielle Bonneau Danielle Bonneau
La Presse

« C’est une année pleine de défis, résume Harold Savard, président-directeur général du Groupe Novatech, entreprise québécoise en pleine croissance qui fabrique notamment des panneaux d’acier pour des portes d’entrée, ainsi que des portes-fenêtres et des fenêtres de portes dans 15 usines au Canada (dont 8 au Québec), 3 aux États-Unis et 1 en France.

PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE NOVATECH

Habituellement, le Groupe Novatech livre dans un délai de 10 jours les panneaux d’acier et les fenêtres de porte commandées par diverses entreprises, qui les assembleront et les vendront à leurs clients. Ce délai varie ces temps-ci entre 20 et 30 jours pour les produits fabriqués en plus grands volumes et 40 jours pour les autres. Les clients doivent toutefois être encore plus patients, puisque les compagnies qui assemblent les portes d’entrée font face à leurs propres défis.

Après avoir dû mettre 800 employés à pied, le 23 mars, l’entreprise a fait face à une reprise extrêmement forte. « Tous les secteurs ont augmenté en même temps, que ce soit la revente des maisons, la rénovation, les mises en chantier, constate M. Savard. On fabrique 40 % plus de panneaux d’acier pour les portes d’entrée que l’an passé à pareille date. On a ajouté un quart de nuit. Mais je ne pensais pas vivre une telle rareté de la main-d’œuvre. C’est plus difficile d’embaucher qu’en 2019. La PCU [Prestation canadienne d’urgence] a été un facteur. »

D’autres entreprises se chargent ensuite de l’assemblage des portes et de la vente au public. Celles-ci font face à leurs propres défis.

  • Habituellement, le Groupe Novatech livre dans un délai de 10 jours les panneaux d’acier et les fenêtres de porte commandées par diverses entreprises, qui les assembleront et les vendront à leurs clients. Ce délai varie ces temps-ci entre 20 et 30 jours pour les produits fabriqués en plus grands volumes et 40 jours pour les autres. Les clients doivent toutefois être encore plus patients, puisque les compagnies qui assemblent les portes d’entrée font face à leurs propres défis.

    PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE NOVATECH

    Habituellement, le Groupe Novatech livre dans un délai de 10 jours les panneaux d’acier et les fenêtres de porte commandées par diverses entreprises, qui les assembleront et les vendront à leurs clients. Ce délai varie ces temps-ci entre 20 et 30 jours pour les produits fabriqués en plus grands volumes et 40 jours pour les autres. Les clients doivent toutefois être encore plus patients, puisque les compagnies qui assemblent les portes d’entrée font face à leurs propres défis.

  • Ceux qui commandent une porte-fenêtre doivent aussi faire preuve de patience. En temps normal, le Groupe Novatech est en mesure de répondre à la demande de 10 à 15 jours après avoir reçu une commande. Le délai de livraison se situe actuellement entre 20 et 30 jours. « Ce n’est pas si mal considérant la situation », estime Harold Savard, président-directeur général de l’entreprise. Il faut ensuite calculer le délai pour l’assemblage, que rencontrent les entreprises vendant les produits au public.

    PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE NOVATECH

    Ceux qui commandent une porte-fenêtre doivent aussi faire preuve de patience. En temps normal, le Groupe Novatech est en mesure de répondre à la demande de 10 à 15 jours après avoir reçu une commande. Le délai de livraison se situe actuellement entre 20 et 30 jours. « Ce n’est pas si mal considérant la situation », estime Harold Savard, président-directeur général de l’entreprise. Il faut ensuite calculer le délai pour l’assemblage, que rencontrent les entreprises vendant les produits au public.

1/2
  •  
  •  

De notre côté, on est en train de reprendre le dessus. On avait pris un retard énorme, mais on se rattrape.

Harold Savard, président-directeur général du Groupe Novatech

Plusieurs entreprises ont démontré une grande capacité d’adaptation. En plus d’offrir de nouveaux services de décoration en ligne, Lowe’s (Rona) et Home Depot, par exemple, ont établi un service de cueillette sans contact dans les stationnements de leurs commerces.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Plusieurs entreprises ont démontré une grande capacité d’adaptation. En plus d’offrir de nouveaux services de décoration en ligne, Lowe’s (Rona) et Home Depot, par exemple, ont établi un service de cueillette sans contact dans les stationnements de leurs commerces.

« Il a fallu développer très rapidement un système informatique pour appuyer cela et favoriser l’achat en ligne », explique Jean-Michel Martin, directeur du magasin Home Depot Saint-Henri.

En mai, par ailleurs, Home Depot Canada a ouvert un centre de distribution à Montréal pour accélérer le temps de livraison lorsque les commandes sont faites par internet. « C’est le nerf de la guerre, précise M. Martin. Cela permet d’offrir certains produits dans un délai de 24 à 72 heures. C’est un créneau qui est appelé à prendre encore plus d’expansion. »

Répondre aux besoins

Certaines chaînes de magasins, confrontées à une hausse fulgurante de la demande pour des électroménagers, ainsi qu’à d’importants délais dans la livraison, sont allées jusqu’à prêter des appareils à leurs clients. C’est le cas entre autres de JC Perreault, qui a prêté plus d’une centaine de réfrigérateurs. Bon nombre se trouvent encore dans des domiciles pour dépanner. Des laveuses et des sécheuses ont aussi été mises à la disposition de consommateurs.

« Certains clients ont commandé des barbecues en juin, qu’ils n’ont pas encore reçus, indique Louis La Rue, directeur des ventes chez JC Perreault. Dans ces cas-là, ce n’est pas si mal. Dans d’autres, on a eu des maux de tête à essayer de réduire les délais. On espère qu’en octobre et en novembre, cela va revenir à un rythme plus normal. Le haut de gamme a été moins affecté. »

Différents facteurs ont contribué à créer une pénurie dans certains secteurs. « Il y a eu des arrêts de production à cause de la COVID-19 partout dans le monde, explique M. La Rue. En même temps, les gens se sont retrouvés plus à la maison et ont investi pour refaire leur cuisine ou leur aménagement extérieur. Il y a un fort retour vers le cocooning, comme après les attentats du 11 septembre, quand beaucoup sont restés chez eux et ont eu peur de voyager.»

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Cette maison témoin des Industries Bonneville sera démontée et réinstallée en pleine campagne.

Dany Bonneville, coprésident des Industries Bonneville, n’a jamais vu une situation pareille. Son carnet de commandes est plein jusqu’au début de mars 2021. « C’est le bordel total présentement, s’exclame-t-il. Les gens ont compris qu’ils peuvent travailler à distance. Ils veulent sortir de la ville et avoir une résidence secondaire. La demande est incroyable. »

Il a ses propres casse-têtes. Le délai de livraison des fenêtres est passé de 4 à 13 semaines. Le même scénario se répète avec les portes, les armoires, les fermes de toit, etc. « Je comprends un peu, dit M. Bonneville. Toutes les usines ont le même problème que nous. Le taux d’absentéisme est de 20 %. Dès qu’un proche a la COVID, il faut rester à la maison. Dès que le nez du petit se met à couler, la garderie le renvoie chez lui. On a fermé quatre semaines, mais on n’est jamais revenus à 100 %. À cause de plein de facteurs, cela ne roule pas tout à fait rond. On voit que c’est difficile pour beaucoup de clients, qui sont impatients. Ils veulent leur maison, ils veulent leurs plans. Mais on ne peut pas livrer une maison sans fenêtres ni armoires de cuisine. »

  • La demande pour des résidences secondaires a explosé. Le carnet de commandes des Industries Bonneville est plein jusqu’au début de mars. Pour accélérer le processus, l’entreprise a commencé à vendre certaines de ses maisons témoins, dont celle-ci, qui élira domicile dans les Cantons-de-l’Est.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    La demande pour des résidences secondaires a explosé. Le carnet de commandes des Industries Bonneville est plein jusqu’au début de mars. Pour accélérer le processus, l’entreprise a commencé à vendre certaines de ses maisons témoins, dont celle-ci, qui élira domicile dans les Cantons-de-l’Est.

  • Les heures de cette maison témoin à proximité d’un bureau des ventes des Industries Bonneville sont comptées. Sous peu, elle sera démontée et envoyée sous d’autres cieux.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Les heures de cette maison témoin à proximité d’un bureau des ventes des Industries Bonneville sont comptées. Sous peu, elle sera démontée et envoyée sous d’autres cieux.

1/2
  •  
  •  

L’entreprise a donc commencé à vendre environ le quart des 85 maisons modèles dans ses 15 bureaux de vente, pour accélérer le processus. « De semaine en semaine, on n’en revient pas, précise-t-il. On est en pleine pandémie et on fait des ventes records. Et 2021 sera aussi une grande année. Les gens ont compris que ce n’est pas demain qu’ils vont se mettre à voyager. Ils investissent leur budget pour les vacances des cinq prochaines années dans l’achat d’une résidence secondaire. Jamais je n’aurais pensé à cela ! »