On se retrouve bien souvent dépourvu face à un pépin du quotidien. Parfois, le problème est moins grave qu’en apparence ; il s’agit de pouvoir en déterminer correctement la source. Des ouvriers et des réparateurs ont accepté de livrer leurs secrets.

Pierre-Marc Durivage Pierre-Marc Durivage
La Presse

Contrairement à certains électroménagers, les cuisinières sont encore robustes et sont généralement peu susceptibles de connaître des bris. Mais ici plus qu’ailleurs, c’est l’entretien qui permet de prolonger la vie de l’appareil, surtout quand il s’agit d’une plaque de cuisson en vitrocéramique ou, dans une moindre mesure, à induction.

« Je compare ça à une voiture ; une carrosserie jamais cirée, jamais nettoyée, ne restera pas belle longtemps, illustre Yan Candie, propriétaire de Vincent Robillard inc., réparateur d’électroménagers depuis quatre générations, à Montréal. Les gens vont se tanner d’avoir une vitre égratignée. Et comme le coût pour remplacer la vitre peut varier de 200 à 600 $ et que le verre coûte parfois plus cher qu’un appareil neuf, les gens ne se posent pas de question, même si les éléments chauffants sont encore parfaitement fonctionnels. »

Il y existe toutefois des produits plus appropriés que d’autres pour nettoyer le verre d’une plaque de cuisson.

Certains produits bon marché ou trop abrasifs vont laisser un film ou un voile sur la vitre une fois nettoyée. Il faut aussi utiliser la bonne technique de nettoyage.

Yan Candie, propriétaire de Vincent Robillard inc., réparateur d’électroménagers

L’arrière-petit-fils de Vincent Robillard recommande ainsi d’attendre que la vitre ait refroidi, après quoi il suggère d’enlever les résidus avec un chiffon doux humide. On étend ensuite une crème nettoyante, sans exagérer, et on frotte avec une éponge à récurer, au besoin avec le côté plus abrasif - c’est sans danger pour la vitre. Pour les aliments cuits durs sur la vitre, Yan Candie suggère de les décoller délicatement avec une lame de rasoir.

« Il faut aussi utiliser les bons chaudrons et s’assurer qu’ils sont bien plats pour minimiser les stries sur le verre, enchaîne-t-il. Aussi, attention à l’eau de cuisson qui déborde quand on fait notamment bouillir des carottes ; le sucre du légume peut endommager la vitre à la longue s’il n’est pas aussitôt nettoyé, ça peut créer des petits picots dans le verre. »

PHOTO GETTY IMAGES

Il est important d’utiliser les techniques et les produits appropriés pour nettoyer le four et les surfaces de la cuisinière.

Par ailleurs, une cuisinière au gaz ne nécessite pas beaucoup plus d’entretien qu’un appareil électrique, mais il faut s’assurer de nettoyer régulièrement les brûleurs.

« Certains peuvent être retirés, on peut alors simplement les laver dans l’eau savonneuse, explique Yan Candie. D’autres sont vissés, on essaie alors de les nettoyer avec une petite brosse. Ici, contrairement aux plaques de cuisson en verre, quand c’est mal nettoyé, l’impact de rendement est direct. »

Enfin, quant aux fours, il faut aussi s’assurer de bien les nettoyer, même si les impacts sur le rendement sont généralement mineurs. Toutefois, les fours d’aujourd’hui sont protégés par des fusibles thermiques et, selon Yan Candie, il arrive qu’ils disjonctent sans raison pendant un cycle d’autonettoyage.

« La porte reste barrée et il n’y a plus moyen de l’ouvrir, soutient-il. Ça prend absolument l’intervention d’un réparateur et les fusibles ne sont pas donnés. Si ça arrive une deuxième fois, on dit simplement aux clients d’arrêter d’utiliser la fonction autonettoyante...

« Et, de grâce, ne démarrez surtout pas un cycle d’autonettoyage le 23 décembre, supplie le jeune entrepreneur en nous implorant de bien relayer son message. Chaque année, on reçoit des appels, et soit qu’aucun technicien n’est disponible, soit que les fournisseurs de pièces sont fermés pour le temps des Fêtes. J’en parle en riant, mais ce n’est pas drôle de se retrouver sans cuisinière à Noël. Vaut mieux faire ça au plus tard au début décembre. »