(Bagdad) Les militaires américains ont abattu lundi deux drones piégés visant la coalition antidjihadiste à l’aéroport de Bagdad, une attaque mise en échec le jour du deuxième anniversaire de l’assassinat par les États-Unis du général iranien Qassem Soleimani et de son lieutenant irakien.

Mis à jour le 3 janvier
Laure AL KHOURY Agence France-Presse

Le 3 janvier 2020, sur ordre du président américain de l’époque Donald Trump, un drone armé a pulvérisé le véhicule où se trouvait Qassem Soleimani, architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient, sur la route de l’aéroport international de Bagdad. Avec lui, il y avait Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro 2 du Hachd al-Chaabi, une coalition de factions armées pro-iraniennes désormais intégrée aux forces régulières irakiennes.

L’attaque de lundi, survenue aux environs de 4 h 30 (22 h 30 HNE, dimanche), n’a pas été revendiquée dans l’immédiat.

« Deux drones armés ont ciblé l’aéroport de Bagdad », a indiqué à l’AFP un responsable de la coalition internationale dirigée par les États-Unis. Les drones visaient le « Centre de soutien diplomatique », mais « les batteries de défense C-RAM les ont interceptés et ils ont été abattus », d’après lui. C-RAM est l’acronyme de Counter rocket, artillery, and mortar (lutte anti-roquette, artillerie et mortier).

PHOTO FOURNIE À L’AGENCE FRANCE-PRESSE

Des photos obtenues par l’AFP auprès de cette même source montrent ce qui reste d’un des projectiles. « Opérations de vengeance des commandants », peut-on lire sur un morceau de métal noir.

Ce centre, rattaché à l’ambassade des États-Unis, abrite « un très petit nombre de troupes de la coalition qui n’ont pas un rôle de combat » et sont « responsables de la logistique », « des prestataires et du personnel civil », a précisé le responsable sous couvert de l’anonymat.

« Opérations vengeance »

Des photos obtenues par l’AFP auprès de cette même source montrent ce qui reste d’un des projectiles. « Opérations de vengeance des commandants », peut-on lire sur un morceau de métal noir, en référence vraisemblablement à Soleimani et son lieutenant irakien.

« Les Irakiens ont ouvert une enquête », a précisé le responsable. « Il n’y a pas de dégâts, mais c’est un aéroport civil, c’est très dangereux de lancer ce type d’attaque. »

Des dizaines de tirs de roquettes ou des attaques aux drones piégés ont visé ces derniers mois les troupes et intérêts américains en Irak. Jamais revendiquées, ces attaques sont systématiquement imputées par les États-Unis aux factions irakiennes pro-Iran.

Toutefois, ces dernières semaines, elles avaient fortement diminué.

Pays ennemis, l’Iran et les États-Unis sont deux puissances agissantes en Irak.

Les factions pro-Iran n’ont de cesse de réclamer le retrait total des troupes américaines stationnées en Irak dans le cadre d’une coalition internationale formée de troupes de plusieurs pays notamment occidentaux, qui ont aidé les forces irakiennes à vaincre le groupe djihadiste État islamique (EI).

Cet appel a été réitéré une nouvelle fois samedi par les dirigeants du Hachd al-Chaabi, devant les milliers de manifestants rassemblés à Bagdad pour marquer l’anniversaire de l’assassinat de Qassem Soleimani.

Et lundi, le président iranien Ebrahim Raïssi a menacé de « vengeance » d’anciens dirigeants américains, dont Donald Trump, lors d’un rassemblement à Téhéran, fustigeant « leur crime horrible ».

En Israël, ennemi numéro un de l’Iran, le site internet en anglais du Jerusalem Post et le compte Twitter en hébreu du quotidien Maariv ont été piratés, affichant des menaces à l’encontre de l’État hébreu qui pourraient également être liées à l’anniversaire de la mort de Soleimani.  

« Partout »

« Vous auriez dû comprendre les messages qui vous ont été adressés par les héros de la résistance en Irak : avec leurs armes, leurs drones, leurs missiles intelligents, ils sont arrivés jusqu’à vous partout sur le sol irakien », a fustigé samedi Qaïs al-Khazali, chef de l’une des principales factions du Hachd, Assaïb Ahl al-Haq, s’adressant aux Américains.

Le chef du Hezbollah chiite libanais Hassan Nasrallah a lui appelé lundi dans un discours télévisé au départ des forces américaines d’Irak estimant que la continuité de « leur présence constitue un nouveau meurtre de Qassem Soleimani, Abou Mehdi al-Mouhandis et de tous les martyrs qui étaient avec eux. »

Le 9 décembre, l’Irak a annoncé la « fin de la mission de combat » de la coalition, qui conserve à ce jour ses effectifs sur le sol irakien pour poursuivre un rôle de formation et de conseil.

Dans les faits, quelque 2500 militaires américains et le millier de soldats de pays membres de la coalition sont aujourd’hui stationnés sur trois bases tenues par les forces irakiennes.

Ces troupes étrangères jouaient déjà un rôle de conseillers et de formateurs depuis plus d’un an.

Lundi à Najaf, ville sainte du chiisme dans le sud de l’Irak, des centaines de personnes ont participé à des funérailles symboliques, marchant jusqu’à la tombe d’Abou Mehdi al-Mouhandis, au lendemain d’une veillée aux chandelles à l’aéroport de Bagdad.