(Dubaï) Quatre civils yéménites et cinq rebelles houthis ont été tués dans un raid aérien de la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite et ayant visé un véhicule des insurgés dans le sud-ouest du Yémen, ont affirmé samedi des sources locale et médicale.  

Publié le 4 déc. 2021
Agence France-Presse

L’attaque a eu lieu vendredi soir dans le district de Makbana, à 35 kilomètres au nord-ouest de Taëz, ville sous contrôle gouvernemental mais assiégée depuis 2015 par les houthis, a précisé à l’AFP un responsable local s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.  

« Quatre civils étaient montés à bord du véhicule militaire avant qu’il ne soit bombardé par la coalition tuant tous les passagers, soit neuf personnes en tout », a-t-il indiqué.  

Une source médicale a confirmé à l’AFP ce bilan, ajoutant que deux civils qui se trouvaient non loin du véhicule visé avaient été blessés.  

Un média houthi a de son côté évoqué la mort de 18 civils.

La coalition dirigée par Riyad, qui soutient les forces du gouvernement yéménite depuis 2015 contre les rebelles houthis, soutenus eux par l’Iran, n’a pas commenté dans l’immédiat cet incident.  

Taëz, troisième ville du Yémen, reste sous le contrôle du gouvernement mais la plupart des districts environnants, dont Makbana, sont aux mains des houthis, qui contrôlent déjà la majorité du nord du pays.  

La guerre qui oppose depuis 2014 les autorités yéménites aux insurgés aura causé d’ici la fin de l’année, de manière directe et indirecte (faim, maladie, manque d’eau), la mort d’environ 377 000 personnes, selon un rapport de l’ONU la semaine dernière.

Les Nations unies qualifient la situation dans le pays de pire catastrophe humanitaire actuelle au monde.  Des millions de personnes ont par ailleurs été déplacées en raison des combats.