(Najaf) L’influent clerc chiite Moqtada al-Sadr, donné grand vainqueur des législatives en Irak, a réitéré jeudi la nécessité de former un gouvernement « de majorité », tout en appelant à la raison les « perdants » du scrutin, après plusieurs semaines de tensions.

Agence France-Presse

Dans un Irak multiconfessionnel et multiethnique, la formation du gouvernement est précédée d’interminables tractations et les grands partis dominant la communauté chiite doivent traditionnellement arriver à un compromis, indépendamment du nombre de sièges au Parlement.

Selon les résultats toujours préliminaires des législatives anticipées du 10 octobre, Moqtada al-Sadr a remporté plus de 70 sièges au Parlement, qui en compte 329.  

Depuis, il n’a eu de cesse de clamer que le futur premier ministre devait être issu de son parti, des experts estimant qu’il pourrait chercher à construire sa propre majorité parlementaire en s’alliant à d’autres formations hors de la communauté chiite.

« Nos options sont soit un gouvernement de majorité, soit l’opposition », a lancé en conférence de presse M. Sadr.

Concernant sa stratégie, des analystes évoquent une possible alliance avec l’influent chef du Parlement, le sunnite Mohamed al-Halboussi, et le Parti démocratique du Kurdistan (PDK, du leader kurde Massoud Barzani).

M. Sadr a débuté sa conférence en s’adressant « aux forces politiques qui se considèrent comme les perdantes des élections ».

« Votre défaite ne doit pas ouvrir la voie à la ruine du processus démocratique en Irak », a indiqué M. Sadr. « Ce que vous faites actuellement vous fera perdre votre passé et accentuera le rejet du peuple à votre égard ».

Depuis les législatives, des partisans des anciens paramilitaires du Hachd al-Chaabi, mécontents de leur score, ont lancé un sit-in dans la capitale et tenté de pénétrer dans l’ultra-sécurisée Zone verte, abritant les institutions gouvernementales et des ambassades.

Les tensions ont culminé avec une tentative d’assassinat du premier ministre Moustafa al-Kazimi, sorti indemne début novembre d’une attaque non revendiquée au drone contre sa résidence à Bagdad.

L’Alliance de la conquête, vitrine politique du Hachd al-Chaabi, influente coalition d’ex-paramilitaires pro-Iran, a perdu près des deux tiers de son bloc parlementaire, selon les résultats préliminaires.