(Istanbul) La livre turque a atteint mardi un nouveau plus bas historique après avoir subi en séance l’un de ses pires reculs cette année, confirmant ainsi son statut de devise de pays émergent la moins performante en 2021.

Agence France-Presse

La monnaie turque a en effet perdu près de 4 %, à 10,35 livres pour un dollar, avant de reprendre un peu de couleurs dans l’attente d’une réunion de la banque centre, prévue jeudi, à l’issue de laquelle une nouvelle baisse des taux devrait être annoncée, pour le troisième mois consécutif.

Banque centrale sous influence

Officiellement indépendante, la banque centrale s’est cependant inclinée face à la pression permanente imposée par le président Recep Tayyip Erdogan, qui n’a cessé de réclamer une baisse des taux afin de stimuler la croissance.

Cette politique monétaire a mis le pays sur les rails pour atteindre une croissance d’environ 10 % cette année, avec cependant une inflation de quasiment 20 % en rythme annuel, alors que la livre a perdu plus du quart de sa valeur face au dollar depuis le début de l’année.

« Il y a un risque grandissant de voir l’obéissance persistante de la banque centrale aux injonctions du président Erdogan entraîner des baisses marquées et désordonnées de la monnaie dans les prochains jours et semaines », a estimé dans une note Jason Tuvey, analyste chez Capital Economics.

La banque centrale a baissé en octobre son principal taux de 19 % à 16 %.

Cela signifie que le taux d’intérêt réel turc, c’est-à-dire le taux d’intérêt moins l’inflation, est aujourd’hui négatif, entraînant une dévaluation de la livre et une incitation à se procurer de l’or ou des devises étrangères.

Les pressions sur la livre se sont renforcées avec la possibilité de voir la Réserve fédérale américaine (Fed) remonter ses taux plus tôt qu’initialement envisagé afin de lutter contre la hausse de l’inflation aux États-Unis.

Une telle décision rendrait le dollar plus attractif vis-à-vis des monnaies des pays émergents et entraînerait un transfert de capitaux depuis ce marché à destination des États-Unis.

Mais de l’avis des analystes, les principales causes des problèmes actuels de la Turquie sont à chercher dans sa politique économique non conventionnelle qui s’est concentrée sur la croissance au prix d’une inflation élevée et d’une dépréciation de la livre.

De telles mesures sont favorables aux exportateurs et aux grosses industries, mais avec un impact négatif pour les citoyens, qui voient les prix des biens de consommation courante s’envoler.