(Bruxelles) L’Iran s’est dit prêt mercredi à reprendre en novembre les négociations pour sauver l’accord sur son programme nucléaire après cinq mois d’impasse, suscitant pour l’instant une réaction prudente des Occidentaux, de plus en plus impatients.

Agence France-Presse

« Nous sommes convenus d’entamer les négociations avant la fin du mois de novembre », a annoncé sur Twitter le vice-ministre iranien chargé du dossier, Ali Baghéri, à l’issue d’une rencontre à Bruxelles avec le négociateur européen Enrique Mora qu’il a qualifiée de « sérieuse et constructive ».

« La date exacte sera annoncée la semaine prochaine », a-t-il toutefois ajouté.

À Téhéran, le chef de la diplomatie iranienne Hossein Amir-Abdollahian a quant à lui dit vouloir « évaluer » le résultat de ces discussions bruxelloises avant de décider de « la date » précise de la reprise des pourparlers.

Les grandes puissances qui ont conclu en 2015 avec la République islamique un accord historique censé l’empêcher de se doter de la bombe atomique réclamaient avec de plus en plus d’insistance que les Iraniens fixent une date pour leur retour à la table des négociations à Vienne.

Et les Européens comme les Américains se sont montrés prudents face à l’annonce encore incomplète des Iraniens.

« Il n’y a rien à annoncer pour l’instant », a-t-on commenté de source européenne après la rencontre à Bruxelles, où l’on juge les déclarations iraniennes « prématurées ».

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, le coordinateur de l’accord de 2015, doit en effet consulter les autres parties, ainsi que les États-Unis, avant d’arrêter une date pour le retour dans la capitale autrichienne.

« Bonne foi »

À Washington, on a d’ailleurs renvoyé vers l’Union européenne pour une décision.

« La porte ne va pas rester ouverte éternellement puisque l’Iran continue de prendre des mesures nucléaires provocatrices, donc nous espérons qu’il revienne rapidement à Vienne pour négocier et qu’il fasse preuve de bonne foi », a toutefois insisté un porte-parole de la diplomatie américaine.

Les Américains ont unilatéralement quitté l’accord en 2018, sous la présidence de Donald Trump, qui le jugeait insuffisant et a rétabli toutes les sanctions contre l’Iran qu’il avait permis de lever. En retour, Téhéran s’est progressivement affranchi des restrictions imposées à son programme nucléaire.

L’actuel président américain Joe Biden s’est dit prêt à revenir dans l’accord, y voyant la meilleure manière d’éviter que l’Iran devienne une puissance nucléaire, à condition qu’il renoue parallèlement avec ses engagements.

Des négociations indirectes entre Téhéran et Washington, par l’intermédiaire des autres signataires (Chine, Russie, Allemagne, France, Royaume-Uni et UE), ont débuté en avril à Vienne pour parvenir à la relance de l’accord et à la levée d’au moins une partie des sanctions américaines.

Mais elles sont suspendues depuis l’élection en juin d’un nouveau président iranien, dont les atermoiements agacent les Européens et les Américains.

Les Iraniens avaient demandé à rencontrer Enrique Mora pour discuter des questions restées en suspens après leurs entretiens avec le négociateur européen le 14 octobre à Téhéran.

« Ils veulent des clarifications sur le texte qui est sur la table » à l’issue des négociations du printemps « et des contacts bilatéraux avec certains des pays signataires », avait confié la semaine dernière un responsable européen.

Mais les Européens insistent sur le fait que « les pourparlers doivent se dérouler à Vienne » et non à Bruxelles et excluent de négocier quoi que ce soit bilatéralement avec les représentants iraniens.

Les Américains ont prévenu à plusieurs reprises ces dernières semaines qu’ils étaient prêts à envisager d’« autres options » en cas d’échec de la diplomatie, laissant implicitement planer la menace d’un recours à la force qu’Israël a, de son côté, explicitement brandie.

« Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, nous sommes prêts à retourner à Vienne et nous pensons qu’il reste possible de rapidement parvenir à une entente et la mettre en œuvre », a affirmé mercredi le porte-parole de la diplomatie américaine. Il a estimé que seul « un petit nombre de questions » restait « en suspens » au moment de l’arrêt des pourparlers en juin.