(Beyrouth) Le gouvernement libanais a dû reporter une réunion prévue mercredi en raison de fortes tensions à propos de l’enquête sur l’explosion au port de Beyrouth, le Hezbollah pro-iranien et ses alliés réclamant de dessaisir le juge d’instruction Tareq Bitar.

Agence France-Presse

Cible d’une campagne de dénigrement, le juge Bitar avait été contraint mardi de suspendre pour la deuxième fois ses investigations, après avoir lancé un mandat d’arrêt à l’encontre de l’ancien ministre des Finances et député Ali Hassan Khalil.

Le député Khalil est un haut responsable du mouvement Amal, formation chiite alliée au Hezbollah et dirigée par le président du Parlement, Nabih Berri.

Le magistrat est la cible d’une campagne menée par plusieurs formations politiques, notamment le Hezbollah. Le chef de la puissante formation chiite, Hassan Nasrallah, avait accusé lundi M. Bitar de politiser l’enquête et demandé son remplacement.

L’explosion, survenue le 4 août 2020 et causée par le stockage sans mesures de précaution d’énormes quantités de nitrate d’ammonium, a fait au moins 214 morts, plus de 6500 blessés et dévasté plusieurs quartiers de la capitale.

Manifestation

Pointées du doigt pour négligence criminelle, les autorités refusent toute investigation internationale et sont accusées par les familles des victimes et des ONG de torpiller l’enquête locale pour éviter des inculpations.  

Les responsables politiques refusent d’être interrogés par le juge.  

L’affaire a failli faire imploser une réunion houleuse mardi après-midi du gouvernement de Nagib Mikati, formé en septembre dernier après un blocage politique de près d’un an, a indiqué à l’AFP un haut responsable qui a requis l’anonymat.

Les ministres relevant du Hezbollah et d’Amal « ont demandé que le juge soit remplacé, mais le gouvernement n’est pas habilité à le faire et la question relève du haut conseil de justice », a ajouté cette source.

La réunion avait été levée et un conseil des ministres était prévu mercredi après-midi, mais il a été reporté faute d’accord sur cette question.

Dans le même temps, des partisans du Hezbollah et d’Amal, ont appelé sur les réseaux sociaux à une manifestation jeudi devant le palais de Justice, où se rassemblent régulièrement les proches des victimes de l’explosion pour demander que l’enquête aboutisse.

Les forces de sécurité ont d’ores et déjà été mises en état d’alerte, a indiqué une source des services de sécurité à l’AFP.

Depuis qu’il a été chargé de l’enquête, M. Bitar a convoqué l’ex-premier ministre Hassan Diab et quatre ex-ministres en vue de leur inculpation. Ils ne se sont jamais présentés devant le juge, qui a également délivré un premier mandat d’arrêt resté sans exécution contre un ex-ministre des Transports.

Fadi Sawan, prédécesseur du juge Bitar, avait été écarté en février après l’inculpation de hauts responsables dans l’affaire de l’explosion.