(Kaboul) Elle fut l’un des endroits les plus honnis des talibans, où des milliers d’entre eux étaient détenus alors qu’ils combattaient le gouvernement afghan. La prison de Pul-e-Charkhi, dans l’Est de Kaboul, est désormais vide, les islamistes ayant ouvert ses portes quand ils ont pris la capitale.

James EDGAR Agence France-Presse

Des uniformes de gardiens gisent au sol, abandonnés en pleine débandade des anciennes autorités. Dans les cellules, des vêtements, des chaussures, des radios, des casseroles… les prisonniers s’étant souvent éclipsés avec les seules affaires qu’ils portaient sur le dos.

Des repas non terminés pourrissent sur place, recouverts de mouches. Des ordures sont éparpillées par terre et dans les cages d’escalier de la prison. L’odeur, ajoutée à celle des latrines fétides, écœure.

Les talibans qui contrôlent désormais Pul-e-Charkhi affirment que les 11 blocs de l’aile principale abritaient chacun 1500 détenus, au sein d’une prison construite à l’origine pour en accueillir 5000.  

Nombre de fondamentalistes y étaient retenus prisonniers, entourés de voleurs, de criminels endurcis ou encore de combattants du groupe djihadiste État islamique.

Le slogan du drapeau de l’EI est d’ailleurs peint en noir sur le mur d’une cellule. Dans une cage d’escalier, les mots « État islamique » sont gravés dans le plâtre.

Le nouveau régime afghan affirme que des recherches sont en cours pour retrouver les prisonniers de Daech (acronyme arabe de l’EI). Car les talibans et l’EI ne s’entendent guère. Leurs hommes ont durement combattu dans l’Est du pays.

« Lieu d’horreur »

La construction de Pul-e-Charkhi, la plus grande prison d’Afghanistan, a commencé dans les années 1970. L’endroit a été critiqué par des groupes de défense des droits de l’homme du fait des conditions de vie parfois exécrables des détenus.

Des dortoirs exigus abritaient 15 à 20 prisonniers, ont constaté des journalistes de l’AFP. Des foulards servaient de rideaux pour assurer un minimum d’intimité.

Aux murs, du papier peint représentant des couchers de soleil sous les tropiques, les trois couleurs rouge, vert et noir de l’ancien drapeau afghan - que les talibans ont remplacé par leur propre pavillon blanc où s’inscrit en noir la profession de foi musulmane.

La salle de prière, où des dizaines de tapis sont soigneusement repliés, est indubitablement l’endroit le mieux rangé de l’établissement, dont une autre pièce a été transformée en une petite madrassa (école coranique).

Près d’une entrée, un bureau est complètement brûlé-il ne reste que la structure en acier d’une couchette de gardien. La pièce a été incendiée pour détruire les papiers concernant les prisonniers, affirment les talibans présents.  

Un mur est criblé d’impacts de balles, là où, selon les gardes, d’anciens policiers gouvernementaux ont ouvert le feu à la veille de la prise du contrôle du pays par les talibans à la mi-août, tuant plusieurs prisonniers talibans, poursuivent les islamistes. Des accusations que l’AFP n’a pu vérifier.

Pul-e-Charkhi était « un lieu d’horreur », lance Mawlawi Abdulhaq Madani, un combattant taliban âgé de 33 ans, heureux que ses camarades aient tous quitté les lieux.  

À l’extérieur, des chats et des chiens errent sur la route qui entoure le vaste complexe circulaire, bordé d’un mur de quatre mètres de haut, surmonté de fils barbelés et ponctué de miradors… désormais inutiles.