(Ramallah) L’armée israélienne a arrêté en Cisjordanie des proches de Palestiniens en fuite depuis leur évasion d’une prison du nord d’Israël, a indiqué mercredi un organisme de défense des détenus à l’heure où des manifestations en soutien aux évadés s’organisent.  

Agence France-Presse

Les forces israéliennes mènent une vaste chasse à l’homme depuis l’évasion lundi de six Palestiniens, membres de groupes armés, via un tunnel creusé sous un évier dans la prison de haute sécurité de Gilboa, modus operandi quasi tiré d’un film d’Hollywood.  

PHOTO SERVICE PÉNITENTIAIRE ISRAÉLIEN, VIA ASSOCIATED PRESS

Le trou dans le plancher d’une cellule, par lequel six prisonniers palestiniens se sont évadés de la prison de Gilboa dans le nord d’Israël, le lundi 6 septembre 2021. Les prisonniers ont creusé un tunnel passant sous les murs de la prison, comme dans le film La grande évasion.

Des drones d’observation ont été déployés, des barrages mis en place, notamment en Cisjordanie occupée et autour de la bande palestinienne de Gaza, pour retrouver ces prisonniers écroués, dont certains à perpétuité, pour leur rôle dans des attaques anti-israéliennes.

Deux frères de Mahmoud Ardah — écroué depuis 1996, condamné à perpétuité et présenté par des médias locaux comme l’architecte de l’opération — ont été arrêtés par l’armée israélienne, a indiqué le Club des prisonniers palestiniens.

Un cousin de Mahmoud Ardah, Mohammad, s’est lui aussi enfui de la prison de Gilboa. Deux des frères de ce dernier ont été arrêtés, ainsi que le docteur Nidal Ardah, membre de leur famille, a ajouté l’association dans un communiqué.

PHOTO JALAA MAREY, AGENCE FRANCE-PRESSE

Des policiers et des journalistes examinent l’issue du tunnel par lequel six prisonniers palestiniens se sont échappés de la prison de Gilboa. Ce trou, à l’extérieur des murs de la prison, est la fin d’un tunnel qui commence sous un évier, dans une cellule. La grande évasion palestinienne a déclenché une vaste chasse à l’homme des forces de sécurité, qui veulent retrouver les évadés, parmi lesquels Zakaria Zubeidi, un ancien chef des Brigades des martyrs d’Aqsa.

Le père de Munadel Infeiat, un évadé également membre du groupe armé Djihad islamique, a également été interpellé, selon cette source.

D’autres membres des familles des fugitifs pourraient avoir été arrêtés, a dit à l’AFP Amani Sarahneh, une porte-parole du Club des prisonniers palestiniens, précisant que certains proches avaient été interrogés puis relâchés.

Sollicitée par l’AFP, l’armée israélienne, qui occupe la Cisjordanie depuis 1967, a confirmé que « plusieurs arrestations ont eu lieu dans la nuit », mais n’a pas souhaité donner davantage de détails.

Soutien, manifestations

La justice israélienne a émis une ordonnance de non-publication des détails de l’enquête à l’heure où la presse locale tente de lever le voile sur cette affaire embarrassante et sensible, les autorités craignant entre autres que les Palestiniens en cavale mènent des attaques.

« Détenir quelqu’un pour forcer un proche à faire quelque chose ressemble au style de la mafia », a tweeté Omar Shakir, responsable de l’ONG Human Rights Watch pour Israël et les territoires palestiniens.  

PHOTO SAÏD KHATIB, AGENCE FRANCE-PRESSE

Une manifestante brandit une cuiller, qui aurait servi à creuser le tunnel par lequel se sont évadés six prisonniers palestiniens. La photo a été prise lors d’une manifestation de solidarité avec les évadés à Khan Yunis dans le sud de la bande de Gaza le 8 septembre 2021. La grande évasion palestinienne a déclenché une vaste chasse à l’homme des forces de sécurité, qui veulent retrouver les évadés, parmi lesquels Zakaria Zubeidi, un ancien chef des Brigades des martyrs d’Aqsa.

« Il relève du droit de chaque prisonnier de chercher un moyen de parvenir à sa liberté », a déclaré mardi le premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh, se disant « heureux » de l’évasion.

Le Club des prisonniers palestiniens a fait état de « tensions » mercredi dans les prisons israéliennes. Interrogée par l’AFP, une porte-parole des autorités carcérales israéliennes a confirmé que des feux avaient été allumés dans les prisons de Ktziot et Ramon (sud).

« La situation est désormais sous contrôle, les incendies ont été éteints », a précisé cette responsable alors que des groupes palestiniens ont appelé à des rassemblements mercredi soir à Naplouse, Ramallah et Jénine en soutien aux évadés.  

Dans la bande de Gaza et à Jénine, ville du nord de la Cisjordanie d’où sont originaires certains fugitifs, de nombreuses personnes étaient descendues lundi dans les rues pour célébrer l’évasion des prisonniers, devenus des « héros », mais aussi les hommes les plus recherchés par Israël.