(Kaboul) Les talibans ont appelé mardi les citadins afghans à se rendre pour éviter les combats dans les villes et mis en garde Ankara contre le maintien prévu de troupes turques après le départ des forces étrangères.

Emal HAIDARY Agence France-Presse

« Maintenant que les combats depuis les montagnes et les déserts ont atteint les portes des villes, les moudjahidines ne veulent pas de combats dans les villes. Il vaut mieux que nos compatriotes, les érudits et les oulémas utilisent tous les canaux pour entrer en contact » avec les talibans afin « de parvenir à un accord sensé pour éviter des dommages à leurs villes », a lancé un haut responsable des insurgés, Amir Khan Muttaqi.

Ancien ministre de l’Information et de la Culture de l’ex-régime taliban (1996-2001), Amir Khan Muttaqi dirige la « Commission d’invitation et de conseil » du mouvement taliban, à qui doivent s’adresser ceux - militaires, policiers, responsables gouvernementaux, fonctionnaires ou simples civils - qui veulent faire défection ou se rendre aux insurgés.

Les talibans « assurent tous les habitants […] que l’Afghanistan sera leur patrie à tous et que personne ne cherchera à se venger », poursuit-il dans un message audio relayé sur Twitter par Zabihullah Mujahid, un porte-parole du mouvement.

Après s’être emparés ces deux derniers mois de vastes portions rurales de territoire lors d’une offensive lancée au commencement, début mai, du retrait définitif des forces étrangères du pays, les talibans encerclent plusieurs capitales provinciales.

Désormais privée du crucial soutien aérien américain, l’armée afghane n’a offert que peu de résistance et ne contrôle plus essentiellement que les grandes villes et les axes majeurs.

Cet appel des talibans rappelle la stratégie utilisée durant leur conquête du pouvoir au milieu des années 1990 : assiéger les localités et contraindre les chefs traditionnels à négocier une reddition.

Plusieurs districts de provinces voisines de Kaboul sont récemment tombés aux mains des talibans, faisant craindre qu’ils n’attaquent prochainement la capitale ou son aéroport, seule voie de sortie des ressortissants étrangers de la ville.

Avertissement à la Turquie

Mardi, les talibans ont fermement averti la Turquie contre le maintien annoncé de ses troupes en Afghanistan, pour protéger l’aéroport de Kaboul après la fin du retrait des forces étrangères, prévu d’ici fin août.

« La décision des dirigeants turcs n’est pas judicieuse, c’est une violation de notre souveraineté et de notre intégrité territoriale », ont estimé les talibans dans un communiqué, quelques jours après l’annonce par le président turc, Recep Tayyip Erdogan, qu’Ankara et Washington étaient d’accord sur les « modalités » d’une future prise en charge de l’aéroport de la capitale afghane par les forces turques après le retrait américain.

« Nous considérons le maintien de forces étrangères dans notre patrie, par quelque pays que ce soit et quel que soit le prétexte, comme de l’occupation et les envahisseurs seront traités comme tels », ont averti les insurgés.  

« Si les autorités turques ne reconsidèrent pas leur décision de continuer à occuper notre pays », les talibans « leur résisteront, comme ils ont résisté à 20 ans d’occupation » étrangère, ont-ils prévenu.

Ces dernières années, les talibans ont attaqué des villes importantes sans pouvoir en prendre durablement le contrôle. Ils se sont brièvement emparés à deux reprises-en 2015 et 2016-de la ville septentrionale de Kunduz, et en 2018 de celle stratégique de Ghazni, à 150 km au sud-ouest de Kaboul, avant d’en être finalement chassés.

En juillet, ils ont attaqué, pour la première fois depuis le début de leur actuelle offensive, une capitale provinciale, Qala-i-Naw (nord-ouest). Mardi, le ministère afghan de la Défense a annoncé que les forces afghanes avaient totalement nettoyé la ville, capitale de la province de Badghis, après plusieurs jours de combats.

Mais les insurgés se sont aussi emparés de deux districts dans la province de Bamyan (centre), après un « retrait tactique » des forces afghanes, a indiqué mardi à l’AFP un membre du conseil provincial, Mohammad Hassan Assadi.

La province est peuplée par la minorité chiite hazara, victime d’exactions massives de la part des talibans sunnites durant leur règne et qui leur est farouchement opposée. Depuis la chute de leur régime, les talibans n’avaient pas réussi à entrer dans cette province où ils avaient dynamité en mars 2001 des statues de bouddhas géants, déclenchant une condamnation mondiale.