(Tel-Aviv) Drapeaux multicolores en main, des milliers de personnes participent vendredi à la « Marche des fiertés » à Tel Aviv, présentée par ses organisateurs comme le premier grand rassemblement du genre depuis le début de la pandémie de coronavirus.

Agence France-Presse

« Je me sens très heureux », a dit à l’AFP Mai Truman, venu de la ville de Rehovot en banlieue de Tel Aviv, pour « profiter » et soutenir la communauté LGBTQ+ (lesbiennes, gays,   bisexuelles,  trans,  queers). « On a l’impression qu’il n’y a plus de corona ».

Peu de personnes portent un masque sanitaire dans le défilé le long de la plage, a constaté une journaliste de l’AFP, quelques heures après que le ministère de la Santé a annoncé le rétablissement de son port obligatoire dans les lieux publics fermés. Il a également conseillé aux participants de la marche d’en porter, même si le rassemblement est en plein air.

La « Marche des fiertés » à Tel Aviv est « une tradition ancienne, centrée sur un message d’égalité, de tolérance, de droits humains et civils », a affirmé le maire de la ville, Ron Huldai, dans un communiqué.

Les autorités israéliennes mettent volontiers en avant des évènements comme celui-ci pour promouvoir l’image d’un pays respectueux des différences et favoriser le tourisme. La première « Marche des fiertés » de Tel Aviv remonte à 1998.

En 2015, une marche similaire à Jérusalem avait été endeuillée par la mort d’une adolescente, poignardée par un juif ultra-orthodoxe.

Selon les organisateurs de la marche de vendredi, qui doit se tenir jusqu’en fin de journée, il s’agit « de la plus grande parade du genre qui se tient depuis le début de la pandémie de COVID-19 ».

L’évènement, annulé l’an dernier pour cause de crise sanitaire, avait réuni en 2019 quelque 250 000 personnes, d’après la mairie.

Cette année, il devrait rassembler moins de manifestants alors que le pays reste encore largement fermé aux touristes.

L’État hébreu a annoncé mercredi reporter la réouverture de son territoire aux touristes « en raison d’inquiétudes concernant la propagation possible du variant Delta », introduit dans le pays par des voyageurs.

Depuis lundi, les autorités sanitaires enregistrent chaque jour plus de 100 nouvelles contaminations au coronavirus, avec un pic de 227 nouveaux malades recensés jeudi.