(Jérusalem) Pour la première fois depuis le début de l’escalade militaire en cours avec les islamistes du Hamas, l’armée israélienne a annoncé jeudi une alerte à la roquette dans le nord du pays.

Agence France-Presse

Jusqu’à présent, les roquettes tirées depuis la bande de Gaza par le Hamas avaient déclenché les sirènes d’alarme dans le sud et le centre d’Israël, mais pas dans le nord du pays.

Mais tôt jeudi matin, les sirènes ont retenti à nouveau dans la métropole Tel-Aviv, où des habitants se sont précipités dans des abris, mais aussi dans la vallée de Jezreel, située en Galilée (nord) du pays.

Depuis le début, lundi soir, de l’escalade militaire entre le Hamas, mouvement islamiste armé au pouvoir dans la bande de Gaza, et Israël, environ 1500 roquettes ont été tirées depuis l’enclave palestinienne vers le territoire israélien, selon un dernier bilan de l’armée.

Selon l’armée, le lancement de 350 roquettes a « échoué » et des « centaines » d’autres ont été interceptées par le bouclier antimissile « Dôme de fer ». Sept personnes ont été tuées, dont un enfant de six ans et un soldat, dans des tirs de roquettes ou de missiles antichars depuis la bande de Gaza.

De son côté, l’armée israélienne a pilonné la bande de Gaza et poursuivait tôt jeudi matin ses frappes, selon un journaliste de l’AFP sur place.

Selon le dernier bilan du ministre de la Santé dans la bande de Gaza, les affrontements des derniers jours ont fait 67 morts et 388 blessés dans ce territoire palestinien paupérisé de deux millions d’habitants.