(Jérusalem) Des affrontements ont éclaté jeudi à Jérusalem entre des manifestants palestiniens et les forces de l’ordre israéliennes, ont constaté des journalistes de l’AFP, dans un contexte de tensions croissantes ces derniers jours après des incidents entre manifestants juifs et arabes.

Agence France-Presse

Ces heurts ont éclaté alors que des centaines de membres des forces de l’ordre israéliennes avaient été mobilisés pour couvrir une marche organisée par le mouvement juif d’extrême droite Lahava.

De jeunes Palestiniens ont organisé une contre-manifestation pour s’opposer à cette marche et des incidents ont éclaté à l’entrée de la vieille ville, dans la partie orientale de Jérusalem — secteur palestinien occupé et annexé par Israël —, où la police avait interdit l’accès à des zones très fréquentées habituellement pendant le ramadan.

Sept Palestiniens ont été blessés, selon le Croissant rouge.

Un policier a également été blessé au visage par des jets de pierre, selon un communiqué des forces de l’ordre.  

« Nous autoriserons les manifestations au nom de la liberté d’expression, mais nous agirons contre toute forme de violence », a affirmé jeudi soir la police israélienne, précisant dans un communiqué vouloir éviter des affrontements entre les deux parties.

Des incidents avaient déjà éclaté mercredi à Jérusalem. Des vidéos diffusées dans les médias et sur les réseaux sociaux montraient des employés arabes travaillant dans des commerces du centre-ville de Jérusalem et des journalistes être agressés violemment par de jeunes juifs criant : « mort aux arabes ».

PHOTO ARIEL SCHALIT, ASSOCIATED PRESS

Des policiers israéliens bloquant le passage à des membres du Lahava, un groupe extrémiste israélien, à Jérusalem.

En réponse, 70 manifestants juifs et arabes, ont été arrêtés mercredi et jeudi, et 64 d’entre eux ont vu leur garde à vue prolongée, selon un communiqué de la police israélienne.