(Londres) La princesse Latifa, la fille de l’émir de Dubaï qui avait en vain tenté de s’évader de cette cité-État du Golfe en 2018, dit être retenue en « otage » et craindre pour sa vie dans des vidéos diffusées par la BBC et Sky News.

Agence France-Presse

Ces images relancent les craintes concernant le sort de la fille de Mohammed ben Rached al-Maktoum, dont les proches assurent désormais ne plus avoir de nouvelles.

Vidéos tournées en cachette dans les toilettes

« Je suis dans une villa. Je suis prise en otage et cette villa a été transformée en prison », déclare la princesse de 35 ans dans une vidéo enregistrée avec un téléphone portable depuis les toilettes car « c’est la seule pièce avec une porte que je peux verrouiller ».

« Toutes les fenêtres ont été condamnées […], il y a cinq policiers à l’extérieur et deux policières à l’intérieur », ajoute-t-elle.

PHOTO WIKIPÉDIA

Latifa al-Maktoum, avant sa tentative d'évasion.

Je m’inquiète tous les jours pour ma sécurité et pour ma vie […] la police m’a dit que je serai en prison toute ma vie et que je ne reverrai plus jamais le soleil. La situation devient chaque jour plus désespérée ».

La princesse Latifa, la fille de l’émir de Dubaï 

Contactées par l’AFP, les autorités de Dubaï, dont Mohammed ben Rached al-Maktoum, 71 ans, est le premier ministre, n’avaient pas réagi mardi après-midi.

Ces vidéos devaient être diffusées mardi soir dans l’émission Panorama de la BBC ainsi que par la chaîne d’informations Sky News.

Cette dernière a expliqué que ces vidéos avaient été prises sur un téléphone que des proches avaient réussi à fournir à la princesse. La chaîne dit être parvenue à transmettre des questions au printemps et à l’été 2019, mais que le contact a été perdu à l’été 2020.

Ces proches ont choisi de les diffuser pour faire pression pour sa libération, notamment auprès de l’ONU.

Ligotée et droguée

En 2018, Latifa al-Maktoum annonçait dans une vidéo diffusée sur YouTube vouloir fuir son pays.

Au bord des larmes, elle disait avoir été « torturée » et « emprisonnée pendant trois ans » par son père après une première tentative d’évasion, quand elle n’était qu’adolescente, en 2002.

Cette vidéo avait été diffusée après l’échec de cette tentative, sur un voilier qui avait été arraisonné par la marine indienne. La princesse ne s’est depuis lors pas manifestée publiquement.

Dans les vidéos rendues publiques mardi, elle explique avoir été droguée sur le voilier et ne s’être réveillée qu’une fois de retour à Dubaï, où elle est retenue.

Elle décrit comment elle s’est débattue et a tenté de frapper un homme assis sur son ventre, mais qu’on lui a alors attaché les jambes.

« Il a pris une seringue et m’a fait une injection dans le bras », raconte-t-elle, selon Sky News.

À son arrivée à Dubaï à bord d’un jet privé, elle dit avoir été interrogée dans une prison avant d’être transférée dans une villa.

Enlèvements commandités

Le gouvernement à Dubaï a fini par rompre son silence sur cette affaire rocambolesque le 17 avril 2018, confirmant que la princesse avait été « ramenée » auprès de sa famille et qu’elle allait « bien ».

En mars 2020, la justice britannique avait statué que l’émir de Dubaï avait commandité l’enlèvement de deux de ses filles, Latifa ainsi que Shamsa.

À 18 ans seulement, Shamsa avait tenté de fuir son père en 2000 pendant qu’elle était en vacances en Angleterre. Selon le récit de Latifa, la jeune fille a été retrouvée après deux mois de fuite, « droguée », ramenée à Dubaï et « enfermée ».

La justice britannique s’était prononcée dans le cadre d’une procédure opposant l’émir de Dubaï à la princesse Haya. Devenue en 2004 la sixième épouse du souverain émirati, cette dernière avait créé la sensation en 2019 en s’enfuyant à Londres, emmenant leurs deux enfants.