(Bakou) L’Azerbaïdjan a lancé lundi sa campagne de vaccination contre la COVID-19, en utilisant le vaccin chinois Sinovac Biotech et en commençant avec les hauts responsables et le personnel médical de ce pays du Caucase.

Agence France-Presse

Le ministre de la Santé, Ogtay Shiraliyev, a été l’un des premiers à se faire vacciner à Bakou, la capitale azerbaïdjanaise, a constaté un correspondant de l’AFP.

« L’Azerbaïdjan fait partie des pays les plus modernes et les plus riches, car il peut vacciner sa propre population », s’est félicité le ministre.

Le ministère de la Santé a indiqué que d’autres hauts fonctionnaires avaient été vaccinés.  

Il est prévu que la vaccination soit accessible tout d’abord au personnel médical et à d’autres employés de l’État, puis qu’elle s’étende à partir du 1er février aux personnes de plus de 65 ans.

Pays riche en hydrocarbures, l’Azerbaïdjan a commandé quatre millions de doses du vaccin chinois Sinovac, dont une partie a déjà été livrée.

Selon le décompte officiel, le pays recensait lundi 227 391 cas de coronavirus, dont 3022 mortels.  

Les autorités ont annoncé le week-end dernier le prolongement, jusqu’au 1er avril, de restrictions pour limiter l’épidémie. Ces dernières limitent notamment les déplacements dans les transports et l’activité des restaurants et cafés.  

À partir de lundi, Bakou a toutefois levé le régime d’attestations de déplacement dans plusieurs grandes villes et autorisé la réouverture, le 25 janvier, des petits commerces, coiffeurs et musées.