(Kaboul) Un ancien journaliste afghan devenu porte-parole de la Force de protection publique afghane (APPF), la compagnie de sécurité nationale, a été tué dimanche à Kaboul avec deux de ses collègues dans l’explosion d’une bombe ciblant leur véhicule, a-t-on appris de source officielle.

Agence France-Presse

Zia Wadan, qui avait auparavant travaillé pour plusieurs médias afghans, et ses collègues ont été tués dans la matinée dans l’est de la capitale, a annoncé le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Tariq Arian.

« Un véhicule transportant Zia Wadan a été visé par un engin explosif improvisé […] Wadan et deux de ses collègues ont été tués » et une autre personne blessée, a-t-il déclaré.

Zia Wadan était le porte-parole de l’APPF, une organisation dépendant du ministère de l’Intérieur qui fournit des services de sécurité aux compagnies internationales déployées en Afghanistan. L’attaque n’a pour l’instant pas été revendiquée.

Les assassinats ciblés de journalistes, personnalités politiques et défenseurs des droits sont devenus de plus en plus fréquents ces derniers mois en Afghanistan, où Kaboul et plusieurs provinces sont en proie à une recrudescence des violences.

Un vice-gouverneur de la province de Kaboul, cinq journalistes et le chef d’une organisation indépendante d’observation des élections ont notamment été tués depuis novembre.

Les autorités afghanes et Washington ont imputé ces attaques aux talibans, même si l’organisation État islamique en a revendiqué certaines.

Depuis quelques mois, la capitale et plusieurs provinces afghanes sont en proie à une recrudescence des violences, en dépit des pourparlers de paix entre les talibans et le gouvernement en cours depuis septembre à Doha.

Une nouvelle session de ces négociations s’est ouverte mercredi dans la capitale du Qatar.