(Téhéran) Les nouvelles sanctions américaines contre les autorités de Damas sont du « terrorisme économique » et ne feront qu’« exacerber les souffrances » du peuple syrien, a déclaré jeudi le porte-parole des Affaires étrangères iranien, Abbas Moussavi.

Agence France-Presse

Les États-Unis ont annoncé mercredi des dizaines de sanctions destinées, selon Washington, à priver de ressources le président syrien Bachar al-Assad et ses soutiens dans l’espoir de faire cesser « la guerre inutile et brutale » en Syrie.

Selon le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, « quiconque fera affaire avec le régime Assad, et où qu’il se trouve dans le monde, s’expose à des restrictions de voyage et à des sanctions financières ».

L’Iran « n’a aucun respect pour ce genre de sanctions cruelles, unilatérales, et agressives et considère qu’il s’agit de terrorisme économique contre le peuple syrien », déclare M. Moussavi dans un communiqué.

Ces sanctions sont « contraires au droit international et aux valeurs humaines » et ne feront qu’« exacerber les souffrances du peuple syrien, ajoute le porte-parole, promettant que Téhéran maintiendra ses liens économiques avec Damas.

L’Iran, visé par l’arsenal de sanctions extraterritoriales le plus lourd jamais mis au point par les États-Unis, est avec la Russie l’un des principaux alliés du gouvernement de Damas dans la guerre qui ravage la Syrie depuis 2011.

Ce conflit a fait plus de 380 000 morts et des millions de réfugiés.