(Washington) Les États-Unis ont appelé mardi l’Iran à « libérer immédiatement » tous les ressortissants américains « injustement détenus » par Téhéran face à la menace du coronavirus.

Agence France-Presse

« Les informations selon lesquelles le COVID-19 s’est propagé dans les prisons iraniennes sont très troublantes et exigent rien de moins qu’une libération immédiate et totale de tous les ressortissants américains », a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo dans un communiqué.

Il a invoqué des « raisons humanitaires » ainsi que la récente libération provisoire de 70 000 détenus par Téhéran.

« Leur maintien en détention dans des conditions qui ne cessent de se détériorer va à l’encontre de la dignité humaine la plus élémentaire », a estimé le secrétaire d’État américain.

« Les États-Unis tiendront le régime iranien pour directement responsable pour tout décès d’un Américain », a-t-il ajouté, menaçant de représailles « décisives ».

Mike Pompeo a aussi appelé tous les pays qui envisagent d’apporter de l’aide humanitaire à l’Iran en raison de l’épidémie à « réclamer un geste humanitaire réciproque de la part du régime », à savoir la libération de leurs ressortissants « injustement détenus ».

Washington et Téhéran, sans relations diplomatiques, sont à couteaux tirés.

Malgré la « campagne de pression maximale » à coups de sanctions draconiennes imposées par l’administration de Donald Trump à la République islamique, les deux pays ennemis ont toutefois procédé en décembre à un échange de prisonniers. Un Américain emprisonné en Iran pendant plus de trois ans, Xiyue Wang, et un Iranien détenu aux États-Unis depuis 2018, Massoud Soleimani, avaient été remis en liberté.