(Washington) Les forces américaines qui se retirent de Syrie seront «temporairement» positionnées en Irak avant de rentrer aux États-Unis, a indiqué mardi le secrétaire la Défense, Mark Esper, à CNN.

Agence France-Presse

«Nous effectuons un retrait par étapes, un retrait organisé par étapes du nord-est de la Syrie», a déclaré le chef du Pentagone qui était interviewé sur la base américaine Prince Sultan près de Riyad, en Arabie saoudite, où il était en visite.

La première phase portait sur la zone envahie par les forces turques lors de leur offensive contre les combattants kurdes et «nous sommes actuellement dans la phase 2, celle du corridor nord-est», a-t-il expliqué, alors que des dizaines de blindés américains sont arrivés lundi sur une base américaine proche de Mossoul, dans le Kurdistan irakien.

«Nous aurons ensuite une autre phase qui retirera toutes les forces», a poursuivi M. Esper. «Nous nous repositionnerons temporairement en Irak avant de rapatrier les troupes. Ils rentreront à la maison.»

AP

Mark Esper

Questionné sur les propos de Donald Trump, qui a évoqué le maintien en Syrie d’un petit nombre de soldats américains pour sécuriser les champs pétroliers syriens, le secrétaire à la Défense a indiqué que le projet était encore en discussions. «Le président n’a pas encore approuvé ça. Il faut que je lui présente des options.»

Il a par ailleurs justifié l’abandon des combattants kurdes auxquels les Occidentaux se sont alliés pour lutter contre le groupe État islamique (EI).

«Nous n’allons pas faire la guerre à un allié de l’OTAN, et certainement pas […] pour une frontière que nous ne nous sommes jamais engagés à protéger», a-t-il dit.

Les États-Unis ont actuellement 5200 militaires en Irak, déployés dans le cadre de la coalition internationale antidjihadiste emmenée par Washington. Leur présence sur plusieurs bases dans le pays fait débat en Irak alors que de nombreuses forces politiques et armées chiites pro-Iran réclament régulièrement leur expulsion.

M. Esper a indiqué aux journalistes qui l’accompagnent dans sa tournée qu’il évoquerait les mouvements des forces américaines mercredi à Bagdad lors de la prochaine étape de sa tournée.

«J’aurai cette discussion demain (mercredi) avec le secrétaire à la Défense irakien», a-t-il indiqué, selon la transcription de ses propos publiée par le Pentagone. «Mais l’objectif n’est pas de rester en Irak éternellement. L’objectif est de retirer nos soldats et de finalement les ramener à la maison».