(Ankara) La trêve négociée par Ankara et Washington visant à permettre à une milice kurde de se retirer de ses positions dans le nord-est de la Syrie expirera mardi à 22 h (15 h à Montréal), ont indiqué lundi des sources militaires turques.

Agence France-Presse

« Elle a commencé jeudi à 22 h (heure turque) […] et finira donc mardi à 22 h », ont indiqué ces sources.

La Turquie a déclenché le 9 octobre une offensive dans le nord-est de la Syrie contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), un groupe qu’elle qualifie de « terroriste », mais qui est soutenu par les pays occidentaux contre l’organisation État islamique (EI).

Cette opération militaire est suspendue depuis jeudi à la faveur d’une fragile trêve négociée entre Ankara et Washington. Les deux pays avaient déclaré que cette trêve durerait « 120 heures », mais n’avaient pas indiqué l’heure à laquelle elle expirerait.

Cet accord vise à permettre aux YPG de quitter leurs positions situées près de la frontière turque et permettre à Ankara de mettre en place une « zone de sécurité » d’une trentaine de kilomètres de profondeur.

Cette « zone de sécurité » sera longue de 120 km dans un premier temps, s’étirant des villes de Tal Abyad à Ras al-Aïn, puis sera élargie à 440 km, ont déclaré les sources militaires turques.

Selon ces sources, quelque 125 véhicules ont quitté les territoires contrôlés par les YPG depuis le début de la trêve. « Nous suivons la situation de près », ont indiqué ces sources.

La Turquie a affirmé que l’offensive reprendrait à l’expiration de la trêve si les membres des YPG ne se sont pas retirés d’ici là.

« Lorsque les 120 heures seront écoulées, s’il reste des terroristes, nous les neutraliserons », ont déclaré les sources militaires.