(Dubaï) Les Émirats arabes unis sont en train de réduire le nombre de leurs troupes postées au Yémen et vont passer d’une « stratégie militaire » à la « paix », a annoncé lundi un haut responsable émirati.

Agence France-Presse

« Nous avons un certain nombre de troupes qui sont réduites pour des raisons stratégiques à Hodeïda (sur la mer Rouge) et pour des raisons tactiques » dans d’autres parties du Yémen, a expliqué à des journalistes ce responsable sous couvert de l’anonymat.

« Cela a à voir essentiellement avec le fait de passer d’une stratégie militaire prioritaire à une stratégie de paix prioritaire », a-t-il ajouté.

Abou Dabi et Riyad sont les piliers d’une coalition militaire qui intervient au Yémen depuis 2015 au côté des forces gouvernementales contre les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran. Ces derniers contrôlent de vastes zones de l’ouest et du nord du pays, dont la capitale Sanaa.

Les forces émiraties ont « totalement évacué » la base militaire de Khokha, à environ 130 km au sud du port stratégique de Hodeïda, toujours aux mains des Houthis, a indiqué lundi à l’AFP un responsable gouvernemental yéménite.

Mais elles poursuivent toujours leurs opérations militaires le long de la côte occidentale du Yémen avec la coalition internationale et les forces gouvernementales yéménites, a ajouté ce responsable qui a souhaité rester anonyme.

Le port de Hodeïda est crucial pour les importations et l’aide internationale au Yémen où des millions de personnes restent menacées par la famine.

L’armée émiratie a également quitté un poste militaire à Sarwah, dans la province de Marib, à l’est de la capitale Sanaa, et retiré ses batteries antimissile Patriot de la région, selon la même source yéménite.

La guerre au Yémen a tué des dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux civils, selon diverses organisations humanitaires.

Environ 3,3 millions de personnes sont toujours déplacées et 24,1 millions, soit plus des deux tiers de la population, ont besoin d’assistance, d’après l’ONU.