Les autorités yéménites ont sollicité un soutien international après le passage d'une tempête tropicale qui a ravagé une province orientale de ce pays en guerre et fait un mort au sultanat d'Oman voisin.

AGENCE FRANCE-PRESSE

La tempête Luban a touché dimanche le Yémen, qui vit déjà la pire crise humanitaire au monde en raison du conflit faisant rage sur son sol entre le gouvernement et des rebelles contrôlant de vastes portions du territoire.

La région de Mahra « a été dévastée par les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la province endommageant biens publics et privés », a indiqué Rajeh Bakrit, gouverneur provincial cité par l'agence de presse Saba.  

« La situation est catastrophique dans la province et dépasse largement les capacités des autorités locales », a-t-il signalé sans donner davantage de détails.  

Il a exhorté la coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite déployée dans le pays en soutien au gouvernement reconnu par la communauté internationale à se rendre dans la province et à apporter de l'aide.  

Le premier ministre yéménite, Ahmed ben Dagher, a également appelé les organisations internationales à soutenir cette province.

À Oman, un homme a été trouvé mort dans une vallée de la province de Dhofar limitrophe de la frontière du Yémen, après le passage de la tempête lundi, a annoncé la protection civile.  

En mai, le cyclone Mekunu avait balayé l'île yéménite de Socotra et le sud-ouest d'Oman, tuant au moins 11 personnes, selon des responsables gouvernementaux.