Jérusalem -L'armée israélienne a annoncé jeudi la fin officielle de l'opération « Bon voisinage » qui consistait à fournir une aide humanitaire et médicale à des milliers de Syriens dans la partie du Golan occupée par Israël.

Mis à jour le 13 sept. 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

« Cette aide humanitaire a pris fin avec le retour du régime syrien (du président Bachar al-Assad) dans la partie sud de la Syrie » en guerre, a indiqué un communiqué de l'armée.

Au total durant les cinq dernières années, 4900 civils syriens dont 1300 enfants ont été traités dans des hôpitaux israéliens, tandis que 7000 patients ont été soignés dans un hôpital de campagne installé près de la ligne de démarcation sur le Golan.

De la nourriture, des équipements médicaux, des médicaments, des tentes, des générateurs, du fuel, des vêtements ont également été fournis, a ajouté le communiqué.

Depuis le déclenchement en 2011 de la guerre en Syrie, Israël a en revanche toujours refusé d'accueillir des réfugiés syriens.

Israël s'est emparé en 1967 de la majeure partie du plateau du Golan syrien, qu'elle a annexée en 1981. Cette annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.

L'État hébreu s'emploie à rester à l'écart du conflit chez son voisin, avec lequel il reste techniquement en guerre mais a mené plusieurs frappes contre le régime de Bachar al-Assad ou ses alliés, le Hezbollah libanais et l'Iran.

Le conflit en Syrie, déclenché en 2011 avec la répression par le régime de manifestations pro-démocratie, s'est transformé au fil des ans en une guerre meurtrière qui a fait plus de 350 000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.