Un porte-parole du gouvernement israélien a annoncé jeudi se mettre en congé de son poste pour « laver son nom » d'accusations d'agression ou d'inconduite à caractère sexuel de la part de plusieurs femmes à son encontre.

Mis à jour le 13 sept. 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

« Face aux accusations fausses ou trompeuses portées contre moi, j'ai demandé à me mettre en congé pour laver mon nom et ne pas détourner l'attention de l'important travail du premier ministre » Benyamin Nétanyahou, a indiqué David Keyes dans un court communiqué.

M. Keyes, porte-parole de M. Nétanyahou pour les médias étrangers depuis 2016, s'est dit « confiant dans le fait que la vérité (éclaterait) au grand jour ».

M. Keyes, 34 ans, est confronté depuis quelques jours aux mises en cause sur son comportement vis-à-vis des femmes. Julia Salazar, une candidate pour le sénat de l'État de New York, l'a accusé ouvertement de l'avoir agressée sexuellement en 2013.

Mme Salazar a été critiquée pour différentes incohérences dans des détails qu'elle a fournies sur sa vie, sans rapport avec les accusations contre M. Keyes.

Mais ses propos ont été confortés sur Twitter par une journaliste du Wall Street Journal, Shayndi Raice, qui a dit avoir vécu « une terrible confrontation » avec M. Keyes, qu'elle a décrit comme un « prédateur », et qui a déclaré croire totalement Mme Salazar.

Depuis, au moins une dizaine de femmes ont fait état d'un comportement à caractère sexuel déplacé de la part de M. Keyes à leur égard et à l'égard d'autres femmes, a rapporté le journal Times of Israel.

Les accusations remontent à avant que M. Keyes ne prenne ses fonctions de porte-parole du gouvernement.

M. Keyes est né à Los Angeles et a immigré en Israël avec sa famille à l'âge de 23 ans.

Le gouvernement israélien a gardé le silence sur les accusations portées contre lui.