Source ID:; App Source:

Deux émissaires de Trump en Jordanie pour parler processus de paix

Jared Kushner... (Photo Joshua Roberts, archives REUTERS)

Agrandir

Jared Kushner

Photo Joshua Roberts, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Amman

Le conseiller et gendre du président américain Jared Kushner et l'émissaire spécial Jason Greenblatt ont discuté mardi avec le roi de Jordanie à Amman des efforts pour tenter de trouver un règlement au conflit israélo-palestinien, ont rapporté des sources officielles américaines.

MM. Kushner et Greenblatt débutent à Amman une tournée qui doit ensuite les mener en Israël, en Arabie saoudite, au Qatar et en Égypte, selon des médias.

Avec le souverain hachémite, ils ont discuté «du renforcement de la coopération (...), des questions régionales, de la situation humanitaire à Gaza, et des efforts de l'administration Trump en faveur d'une paix entre Israéliens et Palestiniens», affirme un communiqué de l'ambassade des États-Unis à Amman.

Alliée des États-Unis et un des deux pays arabes - avec l'Égypte - à être lié par un traité de paix avec Israël, la Jordanie est un acteur historique dans le processus de paix, mais aussi le gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem-Est.

Lundi, le roi Abdallah II a reçu le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, lors d'une rare visite axée sur le processus de paix israélo-palestinien, en panne depuis 2014, et sur la question de Jérusalem.

Selon le cabinet royal, il a réitéré au dirigeant israélien «la nécessité d'avancer vers la paix (...) sur la base de la solution à deux États», c'est-à-dire la création d'un État palestinien coexistant avec Israël.

Cette solution permettrait «la création d'un État palestinien - sur les lignes de juin 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale -, qui vivrait en paix et en sécurité au côté d'Israël», a-t-il ajouté.

Les Palestiniens revendiquent Jérusalem-Est comme la capitale de l'État auquel ils aspirent. Mais pour les Israéliens, Jérusalem est leur capitale «éternelle et indivisible».

Le bureau de M. Nétanyahou a affirmé que sa brève rencontre avec Abdallah II avait porté sur la question de Jérusalem: «M. Nétanyahou a réitéré l'engagement d'Israël à respecter le statu quo dans les lieux saints».

Quelques jours avant la tournée des émissaires du président Donald Trump, l'Autorité palestinienne a affirmé samedi que les efforts de paix américains étaient «voués à l'échec».

L'Autorité palestinienne a gelé il y a plusieurs mois les contacts avec Washington en raison de ce qu'elle considère comme le parti pris outrancièrement pro-israélien de l'administration Trump.

M. Trump avait notamment annoncé le 6 décembre la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël, une décision qui a ravi les Israéliens, mais a suscité une large réprobation internationale, et ulcéré les Palestiniens. Le 14 mai, les États-Unis ont transféré de Tel-Aviv à Jérusalem leur ambassade en Israël.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer