L'Agence américaine pour le développement international (USAID) a dépensé quelque 47 millions de dollars pour réaliser en Afghanistan un «programme de stabilisation» qui n'a obtenu pour le moment aucun résultat satisfaisant, soutient un rapport du gouvernement américain publié lundi.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Ce document de l'Inspection générale spéciale pour la reconstruction de l'Afghanistan (Sigar) analyse de manière détaillée les fonds alloués à un programme de stabilisation (dit «SIKA») destiné à aider les administrations locales à contrer l'influence des insurgés talibans, notamment via des projets subventionnés, comme l'amélioration des voies de circulation.

Or, «il est étonnant de constater que, 16 mois après son lancement, ce programme n'ait toujours pas octroyé sa première subvention alors que 50 millions de dollars ont été dépensés - soit environ un quart du budget total du programme -, dans des conférences, du travail de supervision et des réunions de travail», dénonce l'Inspecteur général américain John F. Sopko.

«Cela semble cher payé pour les contribuables américains et les Afghans», ajoute le patron de la Sigar, un organisme chargé de contrôler comment les fonds gouvernementaux américains sont dépensés en Afghanistan.

Le rapport critique également «l'absence d'accord avec le gouvernement afghan et l'incapacité de l'USAID», une agence qui dépend du département d'État américain, à «communiquer sur les points clefs du programme».

Le développement des institutions locales en Afghanistan est considéré comme essentiel pour y maintenir la stabilité, en particulier dans certaines régions du sud et de l'est où les talibans sont très présents.

Chassés du pouvoir en 2001, les insurgés tiennent depuis tête au gouvernent afghan et à une coalition internationale dont la majorité des soldats aura quitté le pays à la fin de l'année 2014.