Scandale en Israël après la publication de la photo d'un enfant palestinien dans le viseur d'un fusil. Le cliché pris par un soldat a suscité un véritable tollé. L'autorité palestinienne et l'armée israélienne ont fermement dénoncé l'incident, mais l'affaire relance la polémique sur l'attitude de certains jeunes durant leur service militaire.

Leslie Rezzoug, collaboration spéciale LA PRESSE

La photo est glaçante, choquante: elle représente un enfant, de dos, la tête centrée dans un viseur de fusil à lunette.

Publié le 15 février sur le compte Instagram de Mor Ostrovski, un jeune soldat israélien de 20 ans en service en Cisjordanie, le cliché a bouleversé le pays. Car pour les observateurs avertis, cela ne fait aucun doute, les bâtiments et minarets présents à l'arrière-plan de l'image se trouvent en territoires palestiniens.

L'enfant serait donc, selon toute vraisemblance, lui aussi palestinien. Dès la publication de la photo, les réactions ne se font pas faites attendre. «En tant qu'Israélienne, je suis révoltée par cette histoire, s'exclame Ortal Lévy, étudiante à Tel-Aviv. Certes, nos relations avec les Palestiniens sont très tendues, mais on ne peut en aucun cas s'en prendre à un enfant de cette façon. Cette photo est une véritable honte», s'insurge-t-elle.

Une colère largement partagée par son amie, Tal Shen. «C'est une humiliation que personne ne devrait avoir à connaître, renchérit la jeune femme. Cela porte atteinte à la dignité des Palestiniens dans leur ensemble et ce n'est certainement pas comme ça que nous allons régler nos problèmes avec eux.»

«Un incident grave»

Pour tenter d'endiguer la polémique grandissante, le jeune soldat a fermement nié être l'auteur de l'image. Il affirme l'avoir trouvé sur l'internet et a rapidement fermé son compte Instagram. Mais le mal est fait. Face à l'ampleur du scandale, l'armée israélienne n'a pas le choix de réagir.

Dans un communiqué, elle dénonce un «incident grave qui ne s'accorde pas avec l'esprit et les valeurs de l'armée de défense d'Israël» et assure que la question sera «portée à l'attention des officiers commandant le soldat».

Les représentants de l'Autorité palestinienne ont quant à eux exprimé leur indignation, estimant que cette photo traduisait un «sentiment d'impunité» chez certains membres de l'armée israélienne.

Ce n'est pas la première fois que des soldats israéliens commettent ce genre de faute. En août 2010, Eden Abargil, une jeune recrue de Tsahal, avait pris la pose aux côtés de prisonniers palestiniens aux yeux bandés et aux mains attachées. Prise très au sérieux par l'armée, cette nouvelle affaire ne devrait pas rester sans suite. Tsahal a d'ores et déjà annoncé l'ouverture d'une enquête sur le comportement de Mor Ostrovski. En attendant, le jeune homme a été suspendu pour «faute morale».