Aucun «prisonnier X», c'est à dire détenu sous un faux nom, n'est actuellement emprisonné en Israël, a assuré mardi le ministre de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharanovitch à la suite du décès en 2010 d'un Australien détenu anonymement dans une prison en Israël.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Il n'y a pas de détenus anonymes en Israël», a affirmé le ministre dont les propos ont été diffusés par la radio publique. Selon lui, «il y a une supervision appropriée (sur les prisons), la loi est respectée, il y a également un grand souci pour la sécurité de l'État d'Israël qui pour se protéger mène parfois des actions secrètes».

À propos du détenu Ben Zygier, un ressortissant d'origine australienne ayant acquis la nationalité israélienne, retrouvé pendu dans sa cellule d'une prison près de Tel-Aviv en décembre 2010, le ministre a souligné que «tout suicide est à déplorer, mais si quelqu'un est décidé à se suicider, il y a des chances pour qu'en fin de compte il y parvienne».

Le quotidien Maariv, citant des responsables des services pénitentiaires, affirme pour sa part que Ben Zygier se serait pendu à l'aide de draps dans les toilettes de sa cellule qui n'était pas équipée de caméras. Le quotidien a précisé que les services pénitentiaires n'ont pas été informés d'éventuelles «tendances suicidaires» du détenu.

M. Aharonovitch, dont le ministère est responsable des services pénitentiaires, a réaffirmé que le rapport sur le décès de Ben Zygier rédigé par une juge avait conclu à son suicide. «Il est possible que ce rapport soit rendu public prochainement dans sa totalité ou partiellement», a ajouté le ministre.

Selon la version de l'affaire présentée par le ministre, un citoyen israélien disposant d'une autre nationalité a été arrêté selon la loi et détenu sous un faux nom. Il a bénéficié de tous les droits accordés aux prisonniers et sa famille savait qu'il était détenu. Il a eu droit à un avocat, à une assistance psychologique, et un procès, qui s'est déroulé à huis clos pour des raisons de «sécurité nationale».

Selon le ministre, Zygier a accepté d'être détenu sous un faux nom afin de protéger la sécurité nationale et sa famille. Il a également consenti à l'ordre d'interdiction de publication sur son affaire, qui a été ensuite confirmé par la présidente de la Cour suprême Dorit Beinish.

Des sources citées lundi par la télévision australienne ABC ont indiqué que Ben Zygier aurait été un agent du Mossad. Il aurait été arrêté pour avoir fourni des informations au service de renseignement australien.

Pendu dans la douche



Le «prisonnier X», est mort pendu dans la douche de sa cellule, a indiqué mardi un tribunal israélien.

«Le défunt a été trouvé pendu dans la douche de sa cellule de détention, avec un drap autour du cou attaché à la fenêtre de la salle de bain», selon les minutes d'une audience du tribunal de Rishon-LeTzion, près de Tel-Aviv, qui devait statuer sur la levée partielle du black-out imposé sur l'affaire.

Le tribunal a publié le rapport sur les causes de la mort, expurgé de deux clauses, estimant que l'administration pénitentiaire pourrait être tenue pour responsable de «négligence ayant causé la mort» du détenu.

Il cite également le rapport du médecin légiste du 20 décembre 2010 établissant la mort au 15 décembre 2010, mentionnant «de légères écorchures à l'avant-bras gauche provoquées par un coup qui n'a pas contribué à la mort».

Un rapport ultérieur du médecin légiste relève qu'une «petite quantité de sédatifs a été retrouvée dans le sang, mais ni alcool ni drogue».

La commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, le Parlement israélien, a annoncé dimanche qu'elle lançait une enquête sur «l'affaire du prisonnier retrouvé mort dans sa cellule en décembre 2010».

Pas de contact le renseignement australien

L'Australo-Israélien Ben Zygier n'avait aucun contact avec les services secrets australiens, a indiqué mardi le bureau du premier ministre israélien BenYamin Nétanyahou.

«À la suite de récentes informations, le bureau du premier ministre souligne que Zygier n'avait aucun contact avec les services et les agences de sécurité australiens», indique-t-il dans un communiqué.

C'est la première fois qu'Israël identifie le prisonnier comme Ben Zygier.

Le bureau du premier ministre, qui supervise le Mossad, l'agence israélienne de renseignement extérieur, a fait état d'une «excellente coopération (...) et d'une transparence totale» entre Israël et toutes ses organisations d'un côté, et l'Australie et ses agences de sécurité de l'autre.