Source ID:; App Source:

Un Palestinien tué par l'armée israélienne à Gaza

Des hommes entourent le corps de Anwar al-Mamlok,... (MOHAMMED SALEM, Reuters)

Agrandir

Des hommes entourent le corps de Anwar al-Mamlok, l'homme palestinien tué vendredi, dans une morgue du nord de la bande de Gaza.

MOHAMMED SALEM, Reuters

Dalia Nammari
Associated Press

L'armée israélienne a tué par balles un Palestinien près de la frontière clôturée avec Gaza, vendredi, a annoncé un responsable dans le territoire. Selon Tsahal, l'homme en question faisait partie d'un groupe de gens ayant foncé sur la clôture pour tenter de l'endommager.

Un porte-parole de l'armée a indiqué que des soldats avaient averti les Palestiniens en leur demandant de reculer, avant de tirer en l'air, puis en visant les jambes des individus. Aux dires d'Ashraf al-Kidra, un responsable des services de santé de Gaza, l'un des hommes a été tué par les tirs.

De tels incidents frontaliers sont moins fréquents depuis les huit jours de combats entre l'État hébreux et les militants de Gaza, à la fin de l'an dernier, qui a mené à un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, le groupe qui contrôle le territoire côtier.

En Cisjordanie, cependant, des militants ont monté des tentes pour protester contre des plans israéliens visant à construire d'importantes colonies sur un itinéraire clé traversant le territoire.

Dans une déclaration transmise par voie de communiqué, les individus ont ainsi installé des tentes pour «établir clairement les faits», en utilisant une phrase souvent liée à la construction de colonies israéliennes, dans une zone désignée E-1.

Cette colonie dans la zone E-1 isolerait Jérusalem-Est de la Cisjordanie, deux territoires capturés par Israël lors de la Guerre des six jours en 1967.

Les Palestiniens veulent plutôt que ces régions, ainsi que la Bande de Gaza, forment leur futur État. Aux dires de détracteurs, une construction à cet endroit porterait un dur coup aux espoirs d'un État palestinien.

La police a indiqué que les militants avaient été informés qu'ils pénétraient en territoire interdit.

Israël a annoncé qu'elle allait de l'avant avec la colonie dans E-1 après que l'ONU eut reconnu l'existence d'un État palestinien en Cisjordanie, à Gaza et à Jérusalem-Est en novembre. Les États-Unis sont fortement opposés au projet E-1.

Des responsables israéliens ont précisé que la véritable construction du projet pourrait ne pas débuter avant des années. Des détracteurs de l'État hébreux se sont demandé si le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou prévoyait mettre en valeur véritablement E-1, ou s'il tentait tout simplement d'attirer les partisans de la ligne dure en prévision des élections du 22 janvier.

Riyad Mansour, l'émissaire palestinien aux Nations unies, a envoyé vendredi une lettre au Conseil de sécurité pour condamner la construction de colonies. M. Mansour a ainsi écrit que ces colonies «sapaient gravement la contiguïté, l'unité et l'intégrité du territoire ... de la Palestine et menaçaient de rendre impossible l'atteinte d'une solution de paix à deux États sur la base des frontières d'avant 1967.»




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer