Le ministre des Affaires étrangères israélien, le populiste Avigdor Lieberman, a annoncé vendredi sa démission au lendemain de son inculpation dans une affaire frauduleuse, à cinq semaines seulement des élections législatives.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Je ne suis pas tenu légalement de présenter ma démission (...) Mais j'ai décidé de renoncer à mes fonctions de ministre des Affaires étrangères et de vice-premier ministre», a affirmé M. Lieberman dans un communiqué.

«Dès hier (jeudi), j'ai renoncé immédiatement à mon immunité parlementaire et après avoir fait l'objet depuis seize ans de poursuites judiciaires et d'écoutes (policières), j'entends sans tarder en finir avec cette affaire et laver définitivement mon nom», a ajouté le chef de la diplomatie israélienne.

«J'ai également pris cette décision avec la conviction que les citoyens d'Israël pourront aller aux urnes après que ce problème aura été résolu», a encore dit M. Lieberman, qui dirige le parti ultra-nationaliste Israël Beiteinou, dans ce communiqué.

«Cela signifie que la justice doit se prononcer sur cette question avant les élections. Je pourrai ensuite servir les citoyens d'Israël et faire partie de la prochaine direction forte et unie qui fera face aux défis sécuritaires, politiques et économiques auxquels est confronté l'État d'Israël», a-t-il insisté.

Des élections législatives anticipées doivent se tenir le 22 janvier en Israël.

Le parti Likoud (droite) du premier ministre Benyamin Nétanyahou et Israël Beiteinou, un des piliers de la coalition de droite au pouvoir, ont décidé le mois dernier de sceller une alliance électorale qui en fait les favoris du scrutin.

Accusé par la justice israélienne dans l'un des deux scandales de corruption dans lesquels il se retrouvait mêlé -l'affaire la plus grave concernant le financement illégal de ses campagnes électorales a été classée- M. Lieberman refusait jusqu'ici de céder son poste, prétextant que selon ses avocats rien ne l'obligeait à démissionner.

Face aux invitations répétées de l'opposition israélienne à renoncer à ses fonctions ministérielles, M. Lieberman répétait qu'il prendrait une décision sur son avenir politique, une fois les élections du 22 janvier terminées.

Le juge Yéhouda Weinstein a inculpé le populiste diplomate en chef d'«abus de confiance et de fraude» pour avoir récompensé l'ex-ambassadeur israélien au Belarus, Zeev Ben Arieh, par une promotion en échange de renseignements confidentiels concernant une enquête policière dont il faisait l'objet dans cette ex-république soviétique. Cette enquête avait été ouverte par les autorités bélarusses à la demande de la justice israélienne.