La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton est arrivée tôt mercredi à Oman où elle doit s'entretenir avec le sultan Qabous des réformes engagées dans le pays ainsi que des inquiètudes américaines sur l'Iran voisin, selon un responsable du département d'État.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Mme Clinton remerciera en priorité le sultan d'Oman pour sa médiation qui a permis la libération le mois dernier de deux randonneurs américains, Shane Bauer et Josh Fattal, arrêtés en 2009 près de la frontière irani-irakienne, a précisé ce responsable à des journalistes à bord de l'avion menant la secrétaire d'Etat à Mascate.

C'est le sultanat d'Oman qui a payé la caution de 400 000 dollars réclamée par la justice iranienne pour chacun d'entre eux, avait affirmé leur avocat en Iran.

Les Omanais ont voté samedi pour élire au suffrage universel direct les 84 membres du Majlis Al-choura, un conseil consultatif qui forme avec le Conseil d'État --une sorte de Sénat composé de 57 membres désignés-- le Conseil d'Oman.

En mars, le sultan Qabous avait ordonné une modification de la loi fondamentale pour donner au Conseil d'Oman «un pouvoir législatif et de contrôle» sur l'action du gouvernement.

L'initiative du sultan était intervenue après des semaines de manifestations pour des réformes politiques sur fond de grogne sociale, un mouvement sans précédent à Oman, dans la foulée du «Printemps arabe».

Mme Clinton et le sultan Qabous devraient également discuter de la répression sanglante exercée en Syrie et en Yémen contre les mouvements pro-démocratiques.

Hillary Clinton est arrivée à Mascate en provenance de Tripoli où elle a salué «la victoire de la Libye», mardi lors d'une visite surprise.