Au moins cinq personnes ont été tuées et 40 blessées jeudi dans un attentat suicide à Mingora, principale ville de la vallée de Swat, secouée depuis plusieurs années par la rébellion des talibans, a indiqué.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Il s'agit de la première attaque de ce type depuis mai dernier à Swat, où la situation sécuritaire reste fragile un an après l'offensive militaire qui y a délogé les talibans du pouvoir, et la plus meurtrière depuis février.

L'attentat a eu lieu devant une station de bus très fréquentée, et visait un convoi de l'armée, selon un porte-parole militaire.

«Il s'agit d'un attentat suicide», a indiqué le chef de la police du district de Swat, Ghulam Farooq, ajoutant que les deux jambes du kamikaze avaient été retrouvées sur place.

Ce dernier s'est fait exploser «au moment où trois ou quatre véhicules des forces de sécurité passaient devant une station de bus», a-t-il confirmé.

«Au moins cinq personnes, dont deux femmes, ont été tuées et plus de 40 blessées», a indiqué Qazi Mohammad Jamil, chef de la police de la province de Malakand, où se trouve Swat. Le précédent bilan faisait état de deux morts.

Deux membres des forces de sécurité figurent parmi les blessés, a précisé le porte-parole militaire.

Peu après l'explosion, des images des télévisions locales montraient des volontaires en train de transporter des victimes ou de tenter de les extraire des véhicules brûlés et déformés par l'explosion.

Le premier ministre Yousuf Raza Gilani a fermement condamné l'attentat «qui a tué et blessé des civils innocents et pacifiques», et réaffirmé l'engagement de son gouvernement à lutter contre le terrorisme. «Nous ne leur permettrons jamais de réaliser leurs desseins diaboliques», a-t-il ajouté.

Mingora se trouve à quelque 125 km au nord-ouest d'Islamabad, entre la capitale et les zones tribales frontalières de l'Afghanistan, bastions des rebelles talibans et sanctuaire d'Al-Qaeda.

À l'automne 2007, les talibans s'étaient emparés de la vallée de Swat, à l'époque le site touristique le plus prisé du Pakistan, sur les premiers contreforts de la chaîne himalayenne de l'Hindou Kouch.

L'armée avait donné l'assaut et repris la vallée au printemps 2009, sans que les talibans ne lui opposent de résistance frontale.

Mais la plupart des insurgés, en particuliers leurs chefs, ont réussi à s'échapper et demeurent terrés dans leurs repaires dans les montagnes environnantes ou se sont mêlés à la population, dont une partie ne leur est pas hostile. Ils ont depuis multiplié les attentats.

Les insurgés de Swat font partie du Mouvement des Talibans du Pakistan (TTP). Ce groupe a fait allégeance à Al-Qaeda et décrété, à l'unisson d'Oussama ben Laden, le jihad à Islamabad, dont il dénonce le soutien à la «guerre contre le terrorisme» des États-Unis.

Le TTP est considéré comme le principal responsable de la vague d'attentats qui a fait plus de 3 500 morts dans tout le pays depuis trois ans.

Photo: Reuters