Dans un geste qui a toutes les apparences de premières représailles contre la Finlande qui projette de se joindre à l’OTAN, la Russie, par l’entremise de la compagnie de distribution RAO Nordic, coupera l’alimentation en électricité à son voisin à compter de samedi, à 1 h, heure locale.

Publié le 13 mai
André Duchesne
André Duchesne La Presse

Une première en 20 ans, la situation survient en raison de vagues problèmes de paiement évoqués par RAO Nordic. Du côté finlandais, le réseau de distribution Fingrid a indiqué que cette décision ne mettait pas en péril la capacité de distribuer toute l’électricité nécessaire à travers le pays.

La baisse peut être compensée en augmentant les importations d’électricité de la Suède, pays voisin à l’ouest, et en augmentant la production locale.

En temps normal, l’achat de l’électricité russe représente environ 10 % de la consommation de la Finlande.

Rappelons que jeudi, la Finlande et la Suède ont manifesté leur désir de grossir les rangs de l’OTAN. On s’attend à ce que la Finlande, qui partage une frontière de 1340 kilomètres avec la Russie, annonce officiellement dimanche son intention de se joindre à l’organisme de défense mutuelle transatlantique. La question doit cependant être débattue en début de semaine par les parlementaires.

En réponse, la Russie a indiqué qu’elle prendrait des mesures « militaro-techniques » pour faire face à cette « menace à sa sécurité nationale ».

Zelensky relance Poutine

Comme il l’avait fait à plusieurs reprises depuis le début du l’invasion russe, le 24 février, le président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky, a tendu la main vendredi à son homologue, Vladimir Poutine, réitérant sa volonté de tenir des pourparlers face à face.

En entrevue à la chaîne italienne Rai 1, M. Zelensky a déclaré : « En tant que président, je suis prêt à parler à Poutine, mais seulement à lui. Sans intermédiaires. Et en adoptant un canevas de dialogue, et non d’ultimatums. »

Le leader ukrainien avertit toutefois qu’il ne fera aucune concession territoriale à la Russie. La base de la discussion devrait être le retrait des troupes russes de l’Ukraine, a-t-il dit.

Échec d’une traversée russe

PHOTO FOURNIE PAR LE BUREAU DE PRESSE DE LA PRÉSIDENCE UKRAINIENNE, ASSOCIATED PRESS

Vue aérienne des blindés russes détruits sur les rives du Donets, dans l’est de l’Ukraine

Sur le terrain, au 79e jour du conflit, les forces russes ont essuyé un échec quand elles ont tenté de traverser le Donets, une rivière, dans le secteur de Severodonetsk, dans le Donbass. Diffusée par les officiels ukrainiens, l’information a été validée, images à l’appui, par les services de renseignement britanniques, rapporte The Guardian. Les Britanniques estiment que les militaires russes ont perdu des blindés et des éléments de ponton devant servir à traverser la rivière. Les Ukrainiens affirment aussi avoir infligé des dommages à un autre navire russe, le Vsevolod Bobrov, dans la région de l’île des Serpents, face à Odessa. Les forces russes continuent par ailleurs à pilonner l’aciérie Azovstal de Marioupol, où près d’un millier de combattants ukrainiens, dont de nombreux blessés, sont toujours terrés.

Céréales : vers une crise ?

Le non-dénouement de la guerre en Ukraine pose par ailleurs de plus en plus d’inquiétudes quant à la « sécurité alimentaire » de plusieurs pays, constate-t-on. Vendredi, Adalbert Jahnz, porte-parole de la Commission européenne, a averti que l’incapacité pour l’Ukraine d’envoyer le fruit de ses récoltes de céréales à l’étranger pose un « défi gigantesque ». Selon lui, 40 millions de tonnes de céréales sont actuellement stockées en Ukraine et il faudra faire de la place d’ici la fin du mois de juillet, car les stocks de la prochaine récolte ne pourront être entreposés. Environ 75 % du blé ukrainien est destiné à l’exportation à raison d’un tiers en Europe, un tiers en Chine et un tiers en Afrique. L’Italie compte tenir un sommet ministériel sur la question en juin.

Un sénateur freine l’aide américaine

PHOTO AL DRAGO, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Rand Paul, sénateur républicain du Kentucky

À Washington, le sénateur républicain du Kentucky Rand Paul s’est opposé à un appui unanime du Sénat endossant l’envoi d’une aide de 40 milliards à l’Ukraine. L’initiative du président Joe Biden est largement appuyée tant par les démocrates que par les républicains. Or, Rand Paul a bloqué l’accord unanime du Sénat nécessaire pour accélérer le processus en exigeant des garanties qu’un inspecteur général s’assure que l’argent est correctement dépensé. Sur Twitter, il a reçu l’appui de Donald Trump fils. Le Sénat réessaiera de faire passer la mesure la semaine prochaine.

Moscou expulse dix diplomates roumains

Moscou a annoncé vendredi l’expulsion de dix diplomates roumains et d’un Bulgare. Le Kremlin agit en représailles à une décision annoncée le 5 avril par Bucarest d’expulser dix diplomates russes « dont les activités étaient contraires à la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques ». La Russie condamne la Roumanie pour ses « tentatives infondées […] de rejeter la faute de crimes de guerre en Ukraine sur la Russie ».

Avec The Guardian, NBC News, The Washington Post, l’Agence France-Presse, Franceinfo et l’Associated Press

Ce qu’il faut savoir

  • La Russie coupe la distribution d’électricité à la Finlande.
  • Le président Volodymyr Zelensky veut des pourparlers face à face avec Vladimir Poutine.
  • Les soldats russes échouent à traverser une rivière.
  • La guerre risque de mettre en péril la sécurité alimentaire.

En savoir plus

  • 101
    Dans une vidéo diffusée vendredi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé que depuis le début de la guerre, 570 établissements de santé, dont 101 hôpitaux, avaient été détruits par les Russes. « C’est de la barbarie », a-t-il ajouté.
    Source : ASSOCIATED PRESS