(Moscou) Le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé mercredi soir que l’ambassadeur des États-Unis en Russie lui avait remis la réponse de Washington aux exigences russes de retrait de l’OTAN d’Europe orientale, dans le cadre de la crise ukrainienne.

Publié le 26 janvier
Agence France-Presse

L’ambassadeur des États-Unis John Sullivan « a remis la réponse écrite de l’administration américaine au projet de traité bilatéral sur les garanties de sécurité présenté précédemment par la partie russe » au vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexandre Grouchko, a indiqué la diplomatie russe dans un communiqué.

La réponse de Washington à Moscou offre « une voie diplomatique sérieuse si la Russie le souhaite », a déclaré le secrétaire d’État américain Anthony Blinken, dont le message à Moscou réitère que « l’Ukraine peut choisir ses alliances ». Il a indiqué être prêt à rencontrer son homologue russe Sergueï Lavrov dans les prochains jours.

« Nous avons clairement fait savoir que nous étions déterminés à maintenir et défendre la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, et le droit des États à choisir leur propres dispositions de sécurité et leurs alliances », a déclaré le secrétaire d’État américain à la presse.

Simultanément, le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg a annoncé une conférence de presse à 13 h HNE et il va présenter la réponse de l’Alliance à cette occasion, a-t-on précisé de mêmes sources.

Pour Washington, la perspective d’une incursion militaire russe en Ukraine est de plus en plus probable car depuis des semaines, des dizaines de milliers de soldats sont déployés à la frontière ukrainienne.  

Le Kremlin nie tout bellicisme, mais conditionne une désescalade à des traités garantissant le non-élargissement de l’OTAN, et une retraite de facto de l’Alliance d’Europe de l’Est. Inacceptable, disent les Occidentaux.

Washington avait néanmoins promis une réponse écrite aux exigences russes.

Au moment de la remise du document à Moscou, une réunion entre négociateurs russes, ukrainiens, français et allemands était en cours à Paris et une allocution du secrétaire d’État américain Antony Blinken était attendue à Washington.

Plus tôt, l’ambassade américaine à Kiev a « exhorté » mercredi les citoyens américains se trouvant en Ukraine à quitter le pays sans tarder en raison de la menace « accrue » d’une invasion russe.

L’est de l’Ukraine est depuis 2014 en proie à une guerre entre les forces de Kiev et des séparatistes prorusses dont la Russie, qui a annexé la même année la péninsule de Crimée, est largement considérée comme le parrain militaire et financier.