(Riga) Le ministère letton de la Défense a accusé mardi Moscou d’utiliser le « prétexte » de la pandémie pour annuler une inspection des armements prévue cette semaine dans l’ouest de la Russie.

Publié le 25 janvier
Agence France-Presse

Des officiers lettons devaient se rendre dans les régions de Briansk et de Smolensk pour un contrôle de routine programmé dans le cadre de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), dont la Russie est membre.  

« La Russie a annulé une inspection de contrôle de l’OSCE réalisée par des représentants lettons sous prétexte de problèmes posés par la pandémie de COVID-19 », a déclaré sur Twitter le ministère de la Défense de la Lettonie, un pays balte.

La pandémie, a-t-il souligné, « ne semble pas avoir affecté la concentration de troupes russes à proximité des frontières de l’Ukraine ».

Selon des responsables occidentaux, Moscou y a déployé plus de 100 000 soldats en provenance de différentes régions russes. Les États-Unis et leurs alliés européens soupçonnent la Russie de préparer une invasion de l’Ukraine, une ancienne république soviétique qui aspire à rejoindre l’UE et l’OTAN.  

Moscou n’a pas réagi aux accusations de Riga. Mais un responsable au ministère de la Défense, qui n’a pas voulu être identifié, a dit à l’AFP que « toute l’Europe » avait « annulé des inspections » pour cause de COVID-19.

Du côté de l’OSCE, un porte-parole a confirmé que « la plupart des États participants » avaient « ajourné les activités de vérification au début de la pandémie », mais, a-t-il ajouté, « à partir de 2021, plus de la moitié » d’entre eux les ont reprises en prenant des mesures de sécurité.  

Compte tenu du système de communication adopté entre les États concernés, l’OSCE n’est pas en mesure de commenter les inspections, a-t-on précisé auprès de cette organisation.  

Ces vérifications sont réalisées en vertu d’un accord de 2011 nommé « Document de Vienne sur les mesures de confiance et de sécurité ». Elles doivent promouvoir la confiance, la transparence et la prévisibilité d’activités militaires, y compris au moyen de notifications de manœuvres et d’échanges d’autres informations militaires.