(Paris) Emmanuel Macron a loué « l’extraordinaire richesse » du secteur du vin en France, « un monde d’excellence qui irrigue nos territoires », en recevant jeudi le titre de « personnalité de l’année 2022 » décerné par la Revue du vin de France.

Publié le 6 janvier
Agence France-Presse

Le chef de l’État s’est déclaré « très heureux » de cette récompense, pour la première fois accordée à un président de la République, au cours d’une cérémonie à Paris.

« Comme d’Artagnan et Portos »

Elle lui a été décernée parce qu’Emmanuel Macron « défend le vin systématiquement », alors que ses prédécesseurs étaient soit « indifférents » soit « adversaires » de cette boisson, a expliqué Denis Saverot, directeur de la rédaction de la Revue du vin de France.  

Pour la première fois depuis 40 ans, vous avez eu l’audace d’affirmer, comme d’Artagnan et Portos : “Je bois du vin tous les jours, midi et soir”.

Denis Saverot, directeur de la rédaction de la Revue du vin de France.  

M. Savenot a souligné que sa revue ne faisait « pas de politique ».

PHOTO LUDOVIC MARIN, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Le président français Emmanuel Macron et le maire de Vierzon Nicolas Sansu (à gauche) boivent un verre de vin dans un bistro de Vierzon, le 7 décembre 2021.

Emmanuel Macron s’était fait bien voir par le monde viticole en assurant en 2018 que, durant son mandat, « il n’y aurait pas d’amendement pour durcir la loi Evin » qui encadre la publicité pour les boissons alcoolisées depuis 1991, au grand dam des associations qui luttent contre l’alcoolisme.

Dans son discours, le président a salué un secteur qui « porte l’image, l’excellence de la France », dont il représente « une part conséquence » de l’économie avec ses 85 000 exploitations et les quelque 13 milliards d’euros d’excédent commercial (avant la crise de la COVID-19).

« Le vin est la démonstration du fait que pour être français, on n’a pas à être fermé », car « vous êtes des enracinés qui ont soif d’embrasser le monde », a-t-il ajouté.

Défense du vin français contre Trump

Il a mis en avant « la solidarité » de l’État lorsque le secteur a été malmené par l’imposition de taxes par l’administration Trump, par la pandémie et par le « gel historique du printemps 2021 ». Il a aussi insisté sur l’importance de la réforme de l’assurance récolte, qui doit être adoptée avant la fin de la législature.

« Je partage vos inquiétudes sur l’impact du réchauffement climatique », a ajouté Emmanuel Macron, en mettant en avant la nécessité de renforcer la recherche pour « avoir des cépages plus résistants ».

La Revue du vin français a par ailleurs décerné 12 autres récompenses annuelles : celle de vigneron à Jean-Louis Chave (Hermitage, vallée du Rhône), de marque au champagne Leclerc Briant, de la découverte au Domaine du Bouchot (Pouilly-Fumé) ou du spiritueux de l’année au Domaine des Hautes Glaces (Isère).