(Moscou) Moscou s’est félicité jeudi de l’engagement des présidents russe et américain à un dialogue sur la « sécurité stratégique » et le désarmement nucléaire, voyant les États-Unis revenir au « bon sens », au lendemain du premier sommet entre les deux dirigeants.

Agence France-Presse

Vladimir Poutine et Joe Biden ont paraphé un court texte affirmant leur volonté de mettre en place un « dialogue sur la stabilité stratégique », notamment sur la question du contrôle des armements nucléaires, alors que les États-Unis sous la présidence de Donald Trump se sont retirés d’accords bilatéraux et multilatéraux.

« Même si c’est un texte très court, c’est un document commun sur la stabilité stratégique qui relève de la responsabilité particulière de nos pays pas seulement envers leurs peuples, mais devant le monde entier », a estimé Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, à l’antenne de la radio Echo de Moscou.

De son côté le vice-ministre des Affaires étrangères russes, Sergueï Riabkov a qualifié la perspective d’un dialogue sur le désarmement nucléaire et le rejet de la guerre atomique de « réussite réelle ».

Après le prolongement in extremis du traité de désarmement New Start en début d’année par Joe Biden, « c’est le deuxième pas de Washington en direction d’un retour au bon sens », a-t-il jugé, cité par le quotidien Kommersant.

Selon lui, le dialogue sur la stabilité stratégique entre Russes et Américains doit commencer sous peu : « C’est une question de semaines, pas de mois ».

La Russie et les États-Unis détiennent toujours, à eux deux, plus de 90 % des armes nucléaires dans le monde, selon le rapport 2020 de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri).

À l’issue de leur sommet à Genève, MM. Poutine et Biden ont jugé leur dialogue constructif, tout en constatant leur rivalité et de profondes divergences sur un grand nombre de dossiers.

Les relations russo-américaines n’ont cessé de se dégrader depuis des années, laissant craindre une nouvelle course aux armements.