(Moscou) Le nombre d’infections par le coronavirus a bondi à son plus haut depuis janvier à Moscou, selon les statistiques publiées vendredi, sur fond de campagne de vaccination décevante et de restrictions sanitaires restreintes.

Agence France-Presse

Dans la capitale russe, 3818 cas ont été enregistrés, soit le plus haut niveau depuis fin janvier. La Russie dans son ensemble enregistre elle un plus haut depuis fin mars avec 9462 contaminations recensées. Selon ce bilan quotidien des décès qui reste très partiel, 393 personnes sont mortes.  

De l’aveu même des autorités, une nouvelle vague épidémique pourrait s’abattre sur la Russie dans les semaines à venir après celle de l’automne et de l’hiver qui fut particulièrement meurtrière.

Le président Vladimir Poutine lui-même est monté au créneau ces dernières semaines pour convaincre les Russes d’aller se faire vacciner au plus vite pour atteindre l’immunité collective à l’automne 2021.  

Mais selon un sondage de l’institut Levada réalisé en avril, 62 % des personnes interrogées ne sont pas prêtes à se faire vacciner avec le Spoutnik V, développé par Moscou et au cœur de la politique d’immunisation et de la communication de l’État.  

PHOTO NATALIA KOLESNIKOVA, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Un homme reçoit le vaccin Spoutnik V à Moscou, le 26 avril.

À ce jour et depuis décembre, environ 10 millions de personnes ont reçu les deux doses de vaccin et 14 millions d’autres la première. Le pays compte plus de 146 millions d’habitants.

La Russie est l’un des pays les plus touchés par la pandémie. Selon l’agence des statistiques Rosstat, environ 250 000 morts lui étaient liés à fin mars soit plus du double du bilan reconnu à ce jour par le gouvernement dans sa comptabilité quotidienne.

Après le confinement du printemps 2020, la Russie, pour préserver son économie, a mis en place des restrictions anti-COVID-19 très limitées et l’essentiel d’entre elles a été levé début 2021.  

La principale mesure restant en vigueur est le port du masque dans les magasins et les transports.  

Si l’opposition ne peut pas organiser de manifestations au nom des mesures anti-COVID-19, de grands rassemblements ayant l’assentiment du Kremlin ont eux pu avoir lieu.