(Paris) Le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer a officiellement proscrit l’utilisation de l’écriture inclusive via une circulaire, expliquant que sa « complexité » et son « instabilité » constituent des « obstacles à l’acquisition de la langue comme de la lecture ».

Agence France-Presse

Cette circulaire publiée jeudi au Bulletin officiel, pour une application dans les écoles et les rangs du ministère, rappelle qu’il « convient de proscrire le recours à l’écriture dite inclusive qui utilise notamment le point médian pour faire apparaître simultanément les formes féminines et masculines d’un mot employé au masculin lorsque celui-ci est utilisé dans un sens générique ».

Interrogé devant la commission de l’éducation de l’Assemblée nationale jeudi soir, Jean-Michel Blanquer a estimé qu’il « y a un risque énorme avec le point médian quant à la transmission du français ».  

Selon cette circulaire, « l’écriture inclusive modifie le respect des règles d’accord usuelles attendues dans le cadre des programmes d’enseignement ».  

Dans le Journal du dimanche dimanche déjà, Jean-Michel Blanquer avançait, comme le fait ce texte, que « mettre des points au milieu des mots est un barrage à la transmission de notre langue pour tous, par exemple pour les élèves dyslexiques ». « On a un énorme enjeu de consolidation des savoirs fondamentaux et l’écriture inclusive vient en barrage de cet enjeu », selon le ministre.

PHOTO LUDOVIC MARIN, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer

La circulaire précise toutefois qu’il convient d’appliquer la féminisation des fonctions quand elles sont occupées par des femmes : « l’intitulé des fonctions tenues par une femme doit être systématiquement féminisé suivant les règles énoncées par le guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions élaboré par le Centre national de la recherche scientifique et l’Institut national de la langue française », souligne-t-elle.

Dans un communiqué, le syndicat SUD éducation a dit « exiger du ministre qu’il cesse d’essayer d’imposer son passéisme à la communauté éducative », en appelant « les personnels à ne pas tenir compte de ces instructions d’un autre temps et à exercer comme ils le souhaitent en fonction des situations professionnelles le plein usage de leur liberté pédagogique ».

Pour la FSU, « il s’agit à la fois d’une injonction inacceptable mais aussi d’une tentative de diversion des vrais problèmes que rencontre l’école ». « Personne n’est dupe de cet écran de fumée alors que le ministère est bien en mal d’apporter toutes les réponses nécessaires à une école sous COVID-19 garante de la sécurité des personnels et des élèves », dénonce la fédération dans un communiqué.

Politiquement, le sujet est clivant. Le débat, jeudi au Sénat relatif à l’écriture inclusive,  intitulé « langue d’exclusion ou exclusion par la langue », a abouti à un dialogue de sourds où opposants et partisans ont récité leurs arguments.

À l’Assemblée, une proposition de loi interdisant l’usage de l’écriture inclusive aux personnes responsables d’une mission de service public a été déposée par François Jolivet (LREM).