(Stockholm) La Suède a officiellement dépassé les 3000 morts provoquées par le nouveau coronavirus, ont annoncé jeudi les autorités sanitaires.  

Agence France-Presse

Dans ce royaume de 10,3 millions d’habitants, qui a pris des mesures plus souples que la plupart des autres pays européens pour tenter de contenir la pandémie, 99 nouveaux décès ont été enregistrés ces dernières 24 heures, portant à 3040 le nombre total des morts dues à la COVID-19 pour 24 623 cas confirmés.

Selon l’agence de santé publique, la Suède n’a pas atteint sa capacité maximale de prise en charge des malades.

« Les courbes montrent que nous avons, dans une large mesure, réussi jusqu’à présent à maintenir la maladie sous la seuil de ce que les services de santé peuvent gérer », a déclaré l’épidémiologiste Anders Tegnell au cours d’une conférence de presse.

Depuis le début de la crise sanitaire, 1645 personnes ont été placées en soins intensifs.

Contrairement aux autres pays nordiques qui ont opté pour une stratégie de semi-confinement, la Suède a exclu de placer sa population à l’isolement, estimant les mesures drastiques pas assez efficaces pour justifier leur impact sur la société.

Seules contraintes majeures, les rassemblements de plus de 50 personnes ont été interdits, de même que les visites dans les maisons de retraite. Pour le reste, le gouvernement en a appelé au civisme, demandant à chacun de « prendre ses responsabilités » et de suivre les recommandations sanitaires.

La Suède déplorait jeudi 301 décès liés à la COVID-19 par million d’habitants, selon le site internet de collecte de données statistiques Worldometer. Au Danemark, ce chiffre s’élevait à 87, en Finlande à 46 et en Norvège à 40.

Il reste cependant inférieur à celui de la Belgique (726), de l’Espagne (558) et de l’Italie (491).