(Sofia) La Bulgarie va expulser à nouveau un diplomate russe après plusieurs affaires similaires, après l’ouverture d’une enquête à son encontre pour l’espionnage des troupes américaines stationnées dans ce pays membre de l’OTAN, a indiqué le gouvernement.

Agence France-Presse

« Le ministère bulgare des Affaires étrangères a déclaré persona non grata un diplomate de l’ambassade de Russie à Sofia et lui a donné 72 heures pour quitter le pays en raison d’activités incompatibles avec son statut diplomatique », a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Selon le parquet, le diplomate recueillait depuis 2017 « de l’information militaire, y compris sur le nombre de militaires américains participant à des exercices en Bulgarie », à l’intention du service de renseignement militaire russe.

L’annonce a été faite à l’issue d’une visite de trois jours en Bulgarie du lieutenant-général Eric Wendt, commandant de l’état-major des opérations spéciales de l’OTAN, venu discuter de la participation future des forces spéciales bulgares dans des missions de l’OTAN.

Le diplomate russe était en contact avec un ressortissant bulgare ayant accès à de l’information classifiée et qui était rémunéré pour ses services, selon le parquet.

Précisant qu’il s’agit de l’attaché militaire, l’ambassade de Russie à Sofia a évoqué le « droit de Moscou à des mesures de rétorsion ».

« Cette expulsion infondée ne contribue pas à la consolidation de la stabilité dans la région de la mer Noire », a écrit la représentation diplomatique dans un communiqué.

Membre de l’OTAN depuis 2004 et de l’UE depuis 2007, la Bulgarie entretient traditionnellement des relations économiques étroites avec la Russie.  

À partir d’octobre 2019, plusieurs affaires d’espionnage ont cependant refroidi les relations entre les deux pays. Quatre autres diplomates russes et un assistant technique ont été depuis expulsés.