(Berlin) La justice allemande a indiqué vendredi étudier un éventuel parallèle entre la disparition d’une fillette il y a cinq ans dans le pays et celle de la Britannique Madeleine McCann, deux jours après la désignation d’un nouveau suspect dans cette affaire.

Isabelle LE PAGE
Agence France-Presse

« Nous allons vérifier s’il y a de nouveaux indices en relation avec l’homme suspecté de meurtre », a indiqué une porte-parole du parquet de Stendal, dans l’est de l’Allemagne, au journal local Marburger Volksstimme. L’enquête sur la disparition de la petite Inga en 2015 se trouve ainsi rouverte.

Il y a deux jours, un autre parquet situé à Brunswick, dans le nord du pays, avait annoncé enquêter sur un Allemand de 43 ans, Christian B., soupçonné d’avoir enlevé en 2007 et tué « Maddie », âgée de 3 ans, alors qu’elle passait des vacances avec ses parents dans la petite station balnéaire portugaise de Praia da Luz.

Une piste « encourageante », a indiqué vendredi à l’AFP Rogério Alves, l’avocat portugais de la famille McCann, la qualifiant de « plus solide » que d’autres dans le passé.

Disparue depuis 5 ans

Inga, fillette blonde de 5 ans, avait disparu en mai 2015 dans une forêt de la région de Sachsen-Anhalt lors d’une excursion avec sa famille. L’enquête et les nombreuses recherches n’ont jamais permis de retrouver l’enfant.

Selon le journal local et le magazine Der Spiegel, Christian B., condamné à plusieurs reprises en Allemagne notamment pour violences sexuelles sur des mineurs, possède une propriété délabrée dans cette région et se serait trouvé à proximité lors de la disparition d’Inga.  

En février 2016, les enquêteurs avaient découvert chez lui une clé USB contenant de la pornographie enfantine. Mais aucune preuve le liant à la disparition de la petite fille.

L’avocate de la mère d’Inga a réclamé qu’une nouvelle enquête soit ouverte, selon plusieurs médias allemands.

Treize ans après la disparition de « Maddie », l’identification de ce nouveau suspect a fait renaître l’espoir d’éclaircir le profond mystère entourant cette affaire à rebondissements

La police allemande, qui a lancé un appel à témoins, n’exclut pas que Christian B., actuellement incarcéré à Kiel dans le nord pour trafic de drogue, soit entré par effraction dans l’appartement des McCann pour y commettre un vol et, une fois sur place, qu’il ait décidé d’enlever la petite fille.  

Le suspect a vécu et travaillé pendant plusieurs années, entre 1995 et 2007, dans la région portugaise de l’Algarve, où la fillette a disparu.

« Une possibilité »

Le parquet de Brunswick, qui a dit supposer que Maddie était morte, ne dispose toutefois « pas encore d’assez d’éléments pour un mandat d’arrêt ou une mise en accusation », a prévenu un porte-parole Hans Christian Wolters.

L’avocat portugais des MacCann a estimé que le décès de l’enfant était certes « une possibilité », mais doute que le procureur allemand ait des preuves dans ce sens.

Sur place à Praia da Luz, les résidents ont accueil avec scepticisme la découverte d’un nouveau suspect. « Des nouvelles comme ça, on en a vu d’autres et l’affaire reste un mystère », a confié à l’AFP Miguel Domingues derrière le comptoir de la boutique qu’il tient au bord de la plage de ce village de l’ouest de la région de l’Algarve.

« On en a marre. Tous les ans ça ressort… c’est lamentable », a lancé une résidente britannique, refusant d’en dire davantage sur le sujet ou de donner son nom.

Une chose est sûre : Christian B. a déjà été condamné dans plusieurs affaires de drogue, vol et violences sexuelles, dont le viol d’une Américaine de 72 ans au Portugal, ont indiqué jeudi les autorités allemandes.  

Le Spiegel publie vendredi sur son site internet des extraits d’un chat du suspect avec une de ses connaissances, contenu selon le magazine dans les documents d’enquête de la justice.  

En septembre 2013, il a écrit vouloir « attraper quelque chose de petit, et l’utiliser des jours durant », écrit der Spiegel. Alors que son interlocuteur lui faisait remarquer que cela était dangereux, il a répliqué : « oh, quand les preuves sont détruites après ».