(Moscou) Le président russe Vladimir Poutine a refait lundi une apparition au Kremlin, qu’il avait déserté au plus fort de la pandémie de COVID-19, tandis que la Russie se prépare à lever de nouvelles restrictions contre la maladie.

Agence France-Presse

Depuis près de deux mois, M. Poutine, 67 ans, travaille essentiellement dans sa résidence de Novo-Ogariovo, dans la région de Moscou, d’où il donne des vidéo-conférences.

Mais la présidence russe a annoncé lundi que le chef d’État avait reçu au Kremlin le directeur général de la compagnie des chemins de fers russes, Oleg Belozerov.  

Un porte-parole de la présidence a toutefois affirmé ne pas savoir s’il était prévu que M. Poutine reprenne son travail à temps plein au Kremlin.

Selon son agenda officiel, le président russe s’y était rendu pour la dernière fois le 9 mai, pour les célébrations de la victoire contre l’Allemagne nazie.

Plusieurs hauts responsables russes ont été contaminés par le coronavirus, en particulier le premier ministre Mikhaïl Michoustine et le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.  

Lundi, M. Peskov, 52 ans, a dit à l’agence de presse Tass qu’il était sorti de l’hôpital où il avait été admis mi-mai pour une double pneumonie, précisant qu’il reprendrait le travail à partir de son domicile.

Des précautions sont prises pour protéger M. Poutine du nouveau coronavirus depuis début février. La température des responsables et des journalistes assistant à des évènements en sa présence est notamment vérifiée.

Vladimir Poutine avait commencé à travailler dans sa résidence début avril, après que le patron d’un hôpital moscovite traitant des malades de la COVID-19 avait été contrôlé positif, dans les jours ayant suivi une rencontre avec le président.

Troisième pays comptant le plus de cas de contamination, la Russie en recensait officiellement lundi plus de 353 000, dont 3633 mortels.

Mais le nombre des nouvelles contaminations baisse de manière continue depuis plusieurs jours, permettant aux autorités d’alléger les mesures de confinement.  

Le vice-premier ministre Dmitri Tchernychenko a déclaré lundi que le gouvernement commencerait à lever des restrictions concernant le tourisme à l’intérieur de la Russie à compter du 1er juin. Les autorités estiment toutefois qu’il est trop tôt pour se prononcer sur la possibilité de vacances à l’étranger.

À Moscou, l’épicentre de l’épidémie en Russie, les mesures de confinement doivent être maintenues jusqu’à la fin mai.