(Paris) Tests massifs, masques obligatoires dans les transports publics, réouverture des commerces et des écoles : le premier ministre français Edouard Philippe a tracé mardi les lignes d’un déconfinement prudent et progressif pour le 11 mai, en espérant éviter une deuxième vague du coronavirus.

Pierre DONADIEU
Agence France-Presse

« Nous allons devoir vivre avec le virus », a prévenu d’emblée M. Philippe dans un discours grave, de plus d’une heure, devant des députés silencieux.  

Pas question donc de revenir à la « vie d’avant », d’un seul coup le 11 mai, dans un pays qui fait partie des plus touchés au monde avec plus de 23 500 morts depuis le début de l’épidémie.  

Mais le confinement strict en place depuis le 17 mars dans le pays va se desserrer, à l’heure où la situation s’améliore avec une baisse continue depuis plus de deux semaines du nombre de patients en réanimation.  

L’exécutif est confronté à un délicat équilibre entre la nécessité d’éviter « l’écroulement » de l’économie avec le confinement et éviter une deuxième vague de l’épidémie.  

Première mesure phare : la réouverture « très progressive » des écoles « sur la base du volontariat ».  

Ce seront d’abord celles des petits et les crèches, le 11 mai, puis les collèges dans les départements où le virus circule moins, une semaine plus tard. Une décision sera prise pour les lycées à la fin du mois.  

« On ne comprend plus rien : on a un discours de prudence sur tout sauf sur l’école. Pourquoi faut-il se dépêcher de rouvrir les classes de maternelle et primaire, alors que ce sont des lieux de grande promiscuité », s’interroge Francette Popineau, secrétaire générale du SNUipp-FSU, premier syndicat dans l’école primaire.

Si la réouverture des écoles vise à « garantir la réussite éducative des élèves » selon M. Philippe, elle permettra aussi à des parents de reprendre une activité professionnelle.  

Le retour d’une vie économique plus « normale » se profile également avec la réouverture des commerces dès le 11 mai.  

Les cafés et les restaurants ne sont toutefois pas concernés et une décision sera prise fin mai.  

Les rassemblements seront par ailleurs limités à 10 personnes et aucun évènement de plus de 5000 personnes ne sera autorisé avant septembre, a indiqué M. Philippe.  

Les cinémas, salles des fêtes, grands musées, resteront pour l’instant fermés et la saison 2019-2020 des sports professionnels ne pourra pas reprendre.  

« Assez de masques »

Sur le plan sanitaire, le port du masque sera désormais obligatoire dans les transports en commun et recommandé dans les commerces si la distanciation est impossible.  

« Il y aura assez de masques à partir du 11 mai », a assuré M. Philippe, reconnaissant que la France avait été en situation de « pénurie » au cours de la crise.  

Cette question épineuse cristallise une partie des critiques contre le gouvernement, qui a changé de cap après avoir répété au début de l’épidémie que le port généralisé du masque, denrée alors très rare, était inutile.  

« Nous recevons près de 100 millions de masques chirurgicaux par semaine désormais, et nous recevrons près de 20 millions de masques grand public lavables à compter de mai », a déclaré le premier ministre précisant que les personnels de l’éducation et les élèves en recevront aussi. Dans les collèges, le port du masque sera « obligatoire ».  

Le gouvernement assure aussi que des tests à grande échelle, 700 000 par semaine, seront pratiqués pour les personnes présentant des symptômes du coronavirus ainsi que leur entourage.  

L’objectif : limiter immédiatement la propagation en invitant les testés positifs à s’isoler à leur domicile ou dans des hôtels réquisitionnés.  

Reste la question des déplacements, à l’heure où le coronavirus frappe moins certaines zones du pays, comme le sud-ouest.

« Il sera à nouveau possible de circuler librement, sans attestation » sauf pour des longs déplacements à plus de 100 kilomètres du domicile, a déclaré Edouard Philippe.  

Pour ces longs déplacements, un motif impérieux, familial ou professionnel sera requis.  

C’est donc à la « responsabilité individuelle » des Français que M. Philippe en appelle.  

« Si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai, ou nous le ferons plus strictement », a-t-il prévenu, mettant en garde contre tout relâchement d’ici là.  

Ce plan a été adopté par 368 voix pour contre 100, et 103 abstentions. La plupart des députés de gauche ont voté contre et ceux de droite se sont majoritairement abstenus.

Le chef de file de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon a qualifié la gestion du gouvernement de « calamiteuse » et estimé que la « confiance » envers le gouvernement était « morte ».