La Grande-Bretagne, après avoir vécu mercredi la journée la plus chaude de l'année, continue à faire face à sa première canicule depuis sept ans, qui inquiète les parents et ravit les marchands de glace et de saucisses.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Avec 32,2 degrés Celsius mesurés à Hampton, au sud-ouest de Londres, le thermomètre a atteint un nouveau sommet mercredi et la vague de chaleur devrait se poursuivre pendant plusieurs jours encore, sans toutefois menacer le record de 38,5° enregistré en 2003.

Alors que les ventes de crème glacée s'envolent (+123 % chez Waitrose) et qu'on craint pour les stocks de charbon de bois et donc les barbecues, la cote d'alerte, de niveau trois sur une échelle de quatre, a été étendue à plusieurs nouvelles régions et concerne désormais, après Londres et le Sud-Ouest, aussi le centre du pays.

Les autorités sanitaires continuent d'émettre des recommandations, surtout à l'endroit des personnes à risque, les personnes âgées, les jeunes enfants et les femmes enceintes, alors que le pays attend toujours la naissance du «bébé royal».

Les services de secours alertent, eux, sur les dangers de noyade, quatre personnes ayant péri dans des accidents séparés mardi.

Selon le Times, la vague de chaleur aurait déjà fait des «centaines de victimes». Le journal avance même le chiffre de 760 morts sur la foi d'une projection d'un statisticien qui a croisé les données de ces dernières années pour conclure à une augmentation du taux de mortalité, sachant que celui-ci grimpe dès que le thermomètre dépasse les 26 °C.

Les écoles ont envoyé des courriers rassurants aux parents d'élèves. «Nous nous assurons que vos enfants restent à l'intérieur entre 11 et 15 heures et qu'ils boivent suffisamment d'eau», peut-on lire sur l'un d'eux.

Un groupe de parlementaires travaillistes a également pensé aux adultes en demandant à ce que les ouvriers soumis à un travail physiquement exigeant puissent poser leurs outils dès que le mercure franchit la barre des 30 degrés.

«Je ne pense pas qu'il faille voter des lois dans la précipitation, il faut rester pragmatique», a réagi le vice-premier ministre Nick Clegg qui a livré son secret pour combattre la chaleur: «j'enlève les chaussures au bureau et me balade pieds nus».

«On a un système, des bureaux, des bus, des manières de travailler qui ne sont tout simplement pas adaptés à des pics soudains de température», a ajouté le vice-premier ministre, prônant la patience, mais reconnaissant que les températures pouvaient être «brutales», notamment dans les transports.

Avec la chaleur, même les requins changent leurs habitudes, rapporte le Sun qui a parlé à un plongeur tombé nez à nez mercredi avec une bande de cinq requins bleus à la pointe sud-ouest de la Grande-Bretagne. «La chaleur attire les maquereaux vers la côte et les squales suivent derrière», a expliqué le plongeur.