Source ID:; App Source:

Le président du Parlement ukrainien pour un cercle restreint d'homosexuels

Le projet de loi pénalisant la « propagande... (PHOTO SERGEI SUPINSKY, AFP)

Agrandir

Le projet de loi pénalisant la « propagande homosexuelle », adopté mardi en première lecture par le Parlement, prévoit jusqu'à cinq ans de prison et des amendes allant jusqu'à 500 euros (637 $) pour production, diffusion, vente ou importation d'oeuvres faisant de « la propagande homosexuelle ».

PHOTO SERGEI SUPINSKY, AFP

Agence France-Presse
Kiev

Le président du Parlement ukrainien Volodymyr Litvine a défendu mercredi l'adoption en première lecture d'un projet de loi pénalisant la « propagande homosexuelle », estimant que l'homosexualité devait être « réservée à un petit cercle de personnes ».

 

 

« Je suis un homme traditionnel et je pense que ce phénomène "glamour" - lorsqu'il est à la mode de montrer ses liaisons et relations non traditionnelles - doit être réservé à un petit cercle de personnes », a-t-il déclaré, cité par l'agence de presse Interfax.

« Il ne faut pas soumettre la société à des choses qui mènent à la débauche et à l'immoralité », a-t-il poursuivi, plaidant en faveur de l'adoption définitive du texte voté la veille en première lecture et critiqué par les défenseurs des droits de l'homme.

Le ministère des Affaires étrangères a de son côté assuré que le Parlement « tiendrait compte des engagements internationaux de l'Ukraine en matière de droits de l'homme et des minorités sexuelles », selon Interfax.

Le projet de loi, adopté mardi en première lecture, prévoit jusqu'à cinq ans de prison et des amendes allant jusqu'à 500 euros (637 $) pour production, diffusion, vente ou importation d'oeuvres faisant de « la propagande homosexuelle ».

Ce texte a été aussitôt critiqué par l'ONG internationale Amnistie Internationale qui l'a jugé « discriminatoire » et contraire aux engagements internationaux de l'Ukraine en matière de droits de l'homme.

L'adoption de cette loi « deviendra une énorme honte » pour l'Ukraine, a averti mercredi l'ONG ukrainienne Groupe de défense des droits de l'homme de Vinnytsya, comparant ce document aux répressions nazies contre les homosexuels.

Les sentiments homophobes sont prononcés dans cette ex-république soviétique où une Gay Pride avait été annulée en mai dernier à Kiev au motif qu'il y avait des risques pour la sécurité des participants, après l'agression d'un militant homosexuel par des nationalistes ukrainiens.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer