L'arrestation lundi en Turquie de dizaines de militaires a-t-elle permis d'empêcher un coup d'État ou s'agit-il de l'ultime épisode d'une guerre de pouvoir entre le gouvernement islamo-conservateur et l'armée, bastion du régime laïque?

Mis à jour le 23 févr. 2010
Nicolas Cheviron AGENCE FRANCE-PRESSE

L'arrestation lundi en Turquie de dizaines de militaires a-t-elle permis d'empêcher un coup d'État ou s'agit-il de l'ultime épisode d'une guerre de pouvoir entre le gouvernement islamo-conservateur et l'armée, bastion du régime laïque?

Coup de filet historique dans les milieux militaires, la police a interpellé 49 officiers d'active ou à la retraite, dont les ex-chefs de l'aviation et de la marine, dans le cadre d'une enquête sur un projet supposé de coup d'État, intitulé Balyoz (masse de forgeron).

Le plan, tel qu'il a été révélé en janvier par le quotidien libéral Taraf, prévoyait de susciter la colère des milieux islamistes en faisant exploser des bombes dans des mosquées à l'heure de la prière, et d'organiser des attaques de faux islamistes contre des symboles de la laïcité.

Toujours selon Taraf, la chute programmée d'un avion de chasse turc au cours d'un accrochage avec les forces grecques devait raviver les tensions entre les deux pays et accroître la confusion, jusqu'à rendre nécessaire l'instauration d'un régime militaire et l'arrestation de nombreuses personnes.

L'armée a rejeté les accusations et dénoncé une campagne de dénigrement, mais l'état-major a néanmoins reconnu dans un communiqué une existence à ce plan, évoquant un simple «scénario» de wargame préparé en 2003.

Pour Taraf, la vague d'arrestations constitue un «point de rupture» dans l'histoire politique turque, marquée par quatre coups d'État militaires en cinquante ans.

«La République change maintenant. L'ère de la 'dictature' s'achève. Les putschistes sont arrêtés et déférés devant la justice», triomphe mardi dans les colonnes du journal son directeur de la publication, Ahmet Altan.

Dernier épisode d'une série de procédures judiciaires ayant conduit à l'arrestation de dizaines de conspirateurs supposés, l'enquête est en revanche critiquée par l'opposition, qui y voit une manipulation du gouvernement pour affaiblir le camp pro-laïcité.

«On tente par ces arrestations de semer la peur en Turquie», a estimé dans un communiqué le parti républicain du peuple (CHP, centre-gauche). La mouvance laïque accuse régulièrement le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir de vouloir islamiser la société en catimini.

L'hypothèse d'une «chasse aux sorcières» laisse sceptique Hugh Pope, de l'International Crisis Group.

«Il est clair que la justice est extrêmement sérieuse et n'aurait certainement pas mis en prison autant de personnalités de haut rang si elle n'avait pas l'absolue certitude qu'il y a vraiment un dossier», affirme l'analyste à l'AFP.

Admettant l'existence de «preuves dérangeantes» d'abus dans les procédures en cours contre les conspirateurs supposés, M. Pope voit néanmoins dans ces enquêtes «un processus par lequel la Turquie est en train d'établir la primauté de l'autorité civile» sur le pouvoir militaire.

Pour Alexandre Toumarkine, politologue de l'Institut français d'études anatoliennes, l'éventualité d'un coup d'État ne relève pas de la pure fiction dans la Turquie du 21e siècle, candidate à l'adhésion à l'Union européenne.

«L'image des chars dans la rue porte en elle un coût politique tellement important que l'hypothèse n'est probablement pas envisageable», estime le chercheur.

Cependant, des projets d'interventions militaires plus discrètes visant à «restructurer en profondeur le système politique» ont «germé dans les esprits de pas mal de gens», poursuit-il.

«On a l'impression d'être arrivés à un tel niveau (d'antagonisme entre armée et gouvernement, ndlr) que soit l'armée prend le pli et accepte de se retirer de l'espace politique, soit elle continue de préparer une déstabilisation du pouvoir en place pour l'obliger à quitter la scène», souligne M. Toumarkine.